L’art-thérapie : se soigner grâce à l’expression de sa créativité

L’art-thérapie : se soigner grâce à l’expression de sa créativité

L’art-thérapie, une discipline paramédicale encore méconnue en France, aide déjà beaucoup de personnes et/ou de patients dans leur vie quotidienne ou leur traitement psychothérapeutique.

Elle consiste à stimuler le potentiel créatif d’un individu à travers la production d’œuvres artistiques à des fins thérapeutiques ou de développement personnel. L’esthétique est l’un des objectifs recherchés à qui on rapporte plutôt à la manière et au résultat de l’usage du médium ou la discipline artistique utilisée : peinture, dessin, modelage, etc. Généralement pratiquée dans les établissements hospitaliers ou de santé mentale, la thérapie par les arts est aussi utilisée dans les domaines de l’éducation, des services sociaux ou du communautaire.

L’art-thérapie : Le parcours de l’art vers la thérapie

Dès la Renaissance, les écrits d’esthétique supposaient déjà que la mélancolie pouvait être soignée par l’art. Mais l’art-thérapie telle qu’elle existe aujourd’hui est surtout née de multiples influences psychothérapiques qui rajoutent l’expression artistique aux méthodes verbales habituelles. Elle s’est peaufinée à travers des études psychiatriques qui analysent des œuvres artistiques des personnes internées.

Il y eut ensuite des ouvrages traitant le lien entre la maladie mentale et l’art, entre la maladie et la création, puis des études sur l’expression de l’inconscient à travers la créativité (peinture, écriture automatique). La psychothérapie s’est surtout intéressée à l’expression artistique grâce aux ateliers d’expression libre organisés en ergothérapie pour la restauration, la réhabilitation et la rééducation des capacités physiques d’un patient.

La psychanalyse, la pédopsychiatrie et la psychothérapie d’enfants sont les disciplines qui ont le plus utilisé l’expression artistique pour effectuer une médiation thérapeutique entre le soignant et le patient. L’objectif étant de faciliter la communication entre l’enfant et le praticien en lui faisant faire des dessins, des jeux ou encore du modelage. On parle alors d’art-thérapie comme on parle de médiation thérapeutique, de médiation expressive, de thérapie médiatisée ou encore d’expression créatrice analytique.

L’art-thérapie : pour quoi et pour qui ?

Il faut savoir que la méthode de l’expression artistique n’est considérée comme une thérapie que lorsque le ou les sujets sont atteints d’une difficulté psychique. Néanmoins, les personnes qui recherchent le développement personnel peuvent également recourir à la médiation thérapeutique auprès d’un art-thérapeute.

Par ailleurs, de simples médiations artistiques sont organisées dans divers domaines dans le but de créer ou de renforcer des liens sociaux. Certains artistes ou travailleurs sociaux les pratiquent notamment dans des établissements socioculturels, des quartiers démunis, des écoles ou encore des centres sociaux. Le même mouvement peut enfin être initié pour aider des personnes en difficulté pour la réinsertion professionnelle (chômeurs) ou la réinsertion dans la vie sociale (prisonniers).

Parmi les pathologies soignées par l’art-thérapie figurent entre autres la trisomie, l’autisme, la schizophrénie, les atteintes liées au vieillissement comme l’Alzheimer, etc. Dans le registre des problèmes passagers figurent le deuil, la dépression ou tout simplement le stress. Les enfants et les personnes âgées sont généralement les plus concernés par la thérapie médiatisée bien qu’elle s’adresse à tous les individus de tous âges. Certains art-thérapeutes sont spécialisés dans une catégorie spécifique de population.

Comment agit l’art-thérapie ?

L’objectif dans un soin en art-thérapie dépend de plusieurs critères liés au profil du patient, des raisons de sa venue et des médiums choisis parle praticien. Chaque démarche suit toutefois un même itinéraire, celui de faire parler l’inconscient du patient au fil des activités artistiques auxquelles il est invité à s’exprimer. L’entretien verbal peut inclure des interrogations sur les problèmes du sujet, mais il peut également se limiter aux consignes sur la pratique de la discipline artistique.

C’est notamment le cas lorsqu’un enfant a des difficultés à exprimer ce qu’il ressent ou bien lorsqu’un adolescent tente par exemple de dissimuler des informations importantes. La médiation thérapeutique va alors agir comme un détour qui révélera divers ressentis du patient au fil de ses œuvres. Ses créations vont dévoiler, à lui-même et à l’art-thérapeute, certains aspects de sa personnalité, incluant des reflets de ses expériences du passé, de ses aspirations de sa pensée, de ses émotions et de son imagination.

Au bout de quelques œuvres, sans aucune interprétation, le praticien va étudier avec le patient l’évolution de ses travaux. L’objectif est que ce dernier puisse déceler lui-même des visions et des comportements nouveaux, d’œuvres en œuvres, qui contribueront à le transformer et le mener vers l’aller-mieux ». Cela pourrait par exemple se dessiner dans les corrections qu’il aurait pu appliquer à ses œuvres au fil des séances.

L’art-thérapie dans la pratique

Une séance de thérapie médiatisée peut se dérouler individuellement ou en groupe (ateliers de médiation artistique). Elle est assurée de concert par un art-thérapeute et une équipe multidisciplinaire pouvant intégrer un infirmier, un psychologue, un artiste, un éducateur, etc. Une séance individuelle a l’avantage de permettre au patient de s’exprimer en toute confidentialité, tandis qu’un atelier rassure la personne suivie et lui permet de tisser des liens sociaux.

En fonction du cadre et des spécialités du praticien, plusieurs disciplines artistiques peuvent être pratiquées : exclusivement, selon un ordre précis ou bien de manière aléatoire. On peut notamment citer la peinture,le coloriage, la musique, la danse, le théâtre, la photographie, l’écriture,les marionnettes, le dessin, le modelage, etc.

Chacun de ses médiums peut aboutir à des résultats différents : la musicothérapie contre l’anxiété, la pour se libérer, le théâtre pour se décharger de ses émotions et mieux se connaître, les arts plastiques pour découvrir les changements à faire dans sa vie…

La place de l’art-thérapie en France

En France, l’art-thérapie fait l’objet d’une inscription au répertoire des certifications professionnelles (Ministère de la Formation Professionnelle). Elle est reconnue comme étant une discipline paramédicale pratiquée par un détenteur de master à l’université Paris Descartes, d’un diplôme universitaire(DU) ou d’un master psychologie clinique et médiation thérapeutique par l’art à l’université de Nice.

Plusieurs organismes regroupent les praticiens dans ce domaine, à l’instar de la ligue professionnelle d’art-thérapie, la fédération française d’art-thérapie (Ffat) ou encore la société de pathologie de l’expression et d’art-thérapie. Une séance de médiation thérapeutique ne fait pas l’objet d’un remboursement par la sécurité sociale. Néanmoins, divers ouvrages, travaux de doctorants et études tentent d’initier une méthode d’évaluation de l’efficacité de cette thérapie en vue de sa prise en charge par l’Assurance maladie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.