Médecine naturelle : quel remboursement peut-on espérer ?

Médecine naturelle : quel remboursement peut-on espérer ?

52% des Français ont recours aux médecines naturelles pour se soigner, mais quelles disciplines sont prises en charge par la sécurité sociale ? Que remboursent les complémentaires santé ?

Malheureusement, l’Assurance maladie ne reconnaît que très peu de thérapie naturelle et sa prise en charge si elle existe est subordonnée à plusieurs conditions. L’engouement des Français sur ces pratiques « non chimiques » devrait pourtant réduire considérablement les dépenses de santé du pays et encourager les autorités sanitaires à revoir la question des remboursements. Pour le moment, les adeptes de ces médecines ne peuvent compter que sur les mutuelles.

La médecine naturelle et la Sécurité sociale

Il existe en ce moment pas moins de 150 pratiques de médecine naturelle et de médecine traditionnelle chinoise (MTC). Elles sont utilisées comme moyen de prévention, de recherche du mieux-être et parfois en tant que soin complémentaire (affections lourdes) ou alternatif à l’allopathie. Mais sur la question du remboursement, si ce n’est la pratique, c’est le praticien lui-même qui pose un problème à l’Assurance maladie.

Cette dernière reconnaît en effet officiellement les médecines naturelles comme la chiropraxie et l’homéopathie alors que l’ostéopathie et la sophrologie par exemple sont ignorées. Elle  exige entre autres que le médecin soit conventionné, qu’il justifie d’un DU -Diplôme Universitaire ou bien que la discipline (même non reconnue) soit pratiquée par un médecin. Et si elle existe, la prise en charge n’est que partielle.

Remboursé ou pas remboursé ? Rien n’est moins sûr….

Toute une ambigüité qui décourage immanquablement un patient qui espère un coup de pouce pour ses dépenses de santé. A titre d’exemple, les médicaments homéopathiques sont couverts à 30% par la sécu s’ils sont prescrits par un médecin. L’acupuncture est prise en charge à 70% (environ 15 euros) si elle est pratiquée par un médecin généraliste titulaire d’une formation universitaire reconnue par l’État. Même cas pour l’ostéopathie (70%) si elle est réalisée par un médecin généraliste conventionné de secteur 1.

La sécurité sociale ne prend pas en charge les dépassements d’honoraires et plusieurs autres médecines naturelles telles que l’hypnose, la sophrologie, l’aromathérapie, la réflexologie et bien d’autres disciplines qui ont pourtant soulagé tant de Français. Au final, les assurés sociaux ne peuvent compter que sur les assurances santé et mutuelles pour couvrir les dépenses parfois coûteuses, mais importantes, en médecine naturelle.

Les complémentaires santé à la rescousse

Assurances santé, mutuelles santé, grands acteurs et start-up proposent actuellement une prise en charge pour les médecines traditionnelles chinoises et les médecines naturelles. Comme pour les contrats habituels, les offres varient d’une enseigne à une autre et le recours aux sites comparateurs devient plus qu’opportun.

Elles peuvent se présenter sous forme de  complément du remboursement de l’Assurance maladie (ticket modérateur) ou d’une prise en charge réelle pour les pratiques non reconnues par la Sécu. Les offreurs proposent généralement des forfaits annuels pour couvrir les dépenses de santé « au naturel ». Sur Cosmico notamment, le contrat de complémentaire santé NATURASSUR permet de se soigner, de se ressourcer ou de retrouver le mieux-être grâce à une médecine naturelle moins chère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.