L’ostéopathie : pour qui, déroulement d’une séance, techniques

L’ostéopathie : pour qui, déroulement d’une séance, techniques

L’ostéopathie peut soigner tout le monde, du nourrisson au senior en passant par les femmes enceintes, ainsi que les sportifs. Mais concrètement, comment se déroule une séance ? Quelles sont les techniques utilisées ?

Rappelons-le, dans notre précédent article sur l’ostéopathie, le décret n° 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d’exercice définit cette pratique comme une thérapie manuelle «ayant pour seul but de prévenir ou de remédier à des troubles fonctionnels du corps humain ».

Des « troubles fonctionnels » ?

Ces troubles fonctionnels peuvent toucher différents systèmes de l’organisme :

  • Le système musculo-squelettique : épaule, genou, cheville, régions cervicale, dorsale, lombaire… Il s’agit généralement du premier motif  de consultation d’un ostéopathe suite à un faux mouvement ou à un traumatisme… ;
  • Le système vasculaire : migraines, troubles de la circulation, hémorroïdes, des œdèmes du membre inférieur…
  • Le système nerveux : maux de tête, vertiges, fatigue, troubles de l’attention, troubles du sommeil, stress, anxiété…
  • Le système digestif : nausées, reflux gastro-œsophagien, syndrome du côlon irritable… chez les adultes, ou encore coliques ou régurgitation chez les tout-petits… ;
  • Le système ORL (Oto-rhino-laryngologique) : otites, sinusites ou rhinites à répétition, toux… ;
  • Le système génito-urinaire : infections urinaires chroniques, incontinence, troubles sexuels, règles douloureuses ou irrégulières, symptômes liés à la grossesse…

L’ostéopathie soigne qui ?

L’ostéopathie peut soigner tout le monde, du nourrisson au senior en passant par les femmes enceintes, ou encore les sportifs. Elle permet en effet de prévenir ou de soigner différents symptômes fréquents chez les nourrissons, notamment les coliques, la nervosité, les affections ORL, ou encore les troubles du sommeil. L’ostéopathie est également pratiquée à titre préventif chez les nouveau-nés afin de corriger les traumatismes causés par l’accouchement pouvons affecter la mobilité des jonctions des os du crâne.

Par ailleurs, chez l’enfant et/ou l’adolescent, l’ostéopathie contribue à son épanouissement physique et psychique. Elle soigne les troubles de la croissance comme la scoliose, les troubles de l’apprentissage, ou encore l’hyperactivité.

Chez l’adulte, elle est idéale pour améliorer son état de santé  suite à des déséquilibres dans la mobilité des articulations et des tissus. Ceux-ci sont généralement causés par de faux mouvements, des affections médicales, le stress du quotidien, l’anxiété…

Les seniors peuvent eux aussi consulter un ostéopathe pour une meilleure aisance physique et mobile, ou tout simplement pour un meilleur confort de vie. L’ostéopathie soigne en effet l’arthrose ou le rhumatisme, les troubles digestifs ou urinaires, ou encore les douleurs et raideurs articulaires, des troubles très fréquents chez les personnes âgées.

Les femmes enceintes, quant  à elles, consultent généralement un ostéopathe durant la préparation à l’accouchement au troisième trimestre. Des séances d’ostéopathie leur permettent d’optimiser la mobilité du bassin et en même temps d’atténuer les désagréments causés par la grossesse.

Enfin, l’ostéopathie est une médecine naturelle également très sollicitée par les sportifs, qu’ils soient amateurs ou professionnels, suite à une blessure (entorse, fracture, déchirure musculaire…) ou à des douleurs articulaires par exemple.

Comment se déroule une séance d’ostéopathie ?

Pour comprendre les troubles de son client et rétablir l’harmonie dans les différents systèmes de l’organisme, l’ostéopathe commence toujours sa consultation par une « anamnèse ». Cet interrogatoire détaillé et approfondi permet non seulement de connaître le motif de la consultation donc la douleur (nature, zone, progression, durée…), mais aussi l’état de santé et  éventuellement les traitements médicaux actuels ainsi que les antécédents de son client (opération, hospitalisation, chutes, antécédents médicaux…). De manière générale, l’anamnèse se conclut par des questions liées avec ses habitudes de vie (tabac, alcool, habitudes alimentaires, activité sportive, type de sommeil…). 

Après l’anamnèse, il y a la phase d’observation (statique et dynamique). Celle-ci se déroule en sous-vêtement afin que l’ostéopathe observe attentivement son client dans les meilleures conditions, principalement sa posture, sa démarche, ses gestes lorsqu’il bouge.

Troisième étape : les tests de mobilité/motilité sur l’ensemble du squelette et sur le plan viscéral et crânien. Ils concernent l’ensemble des systèmes du corps humain afin de localiser les douleurs et d’en connaître l’origine. Une fois la lésion déterminée, l’ostéopathe administrera un traitement adapté via plusieurs techniques pour corriger les dysfonctions de son client.

Notez qu’une séance dure en moyenne 45 minutes-1 heure, à raison de 2 à 3 séances espacées de 1 à 3 semaines, en général, pour traiter les troubles fonctionnels.

Les différentes techniques utilisées en ostéopathie

Les techniques ostéopathiques sont basées sur manipulations du système myofascial et musculo-squelettique notamment et peuvent être divisées en 5 grandes catégories.

Les techniques structurelles

Elles englobent le travail articulaire et les techniques de «trust» ou technique HVBA (haute vélocité basse amplitude) qui sont à visée articulaire. Elles agissent donc localement sur la lésion, et sont surtout indiquées pour corriger une entorse.

Les techniques viscérales

Elles tirent leur nom de « viscère », c’est-à-dire un organe qui se trouve dans une cavité du corps (la cavité abdominale pour ces techniques). Ainsi, elles consistent à exercer des pressions douces sur les organes abdominaux afin de corriger la mobilité des organes touchés par les tensions/douleurs. Ces techniques sont surtout indiquées pour corriger les troubles digestifs, alimentaires ou pour soulager des douleurs lombaires.

Les techniques crânio-sacrées

Ces techniques douces, via de légères pressions autour de la tête et tout le long du tronc, sont indiquées chez les nouveau-nés et les victimes d’accident de voiture. Elles travaillent le système cranio-sacré (crâne, visage, articulation temporo mandibulaire, colonne vertébrale, sacrum et coccyx) afin de le détendre et de le rééquilibrer.

Les techniques fonctionnelles

Elles consistent à effectuer de légères pressions sur des régions bien définies du crâne à l’origine de la douleur, car cette dernière est due à un dysfonctionnement dans cette partie du corps. C’est pourquoi ces techniques sont indiquées en cas de migraine, de stress, toux ou rhume par exemple, afin de réajuster l’équilibre de l’organisme.

Les techniques myotensives

Elles permettront de libérer les tensions musculaires et de rendre les muscles plus souples grâce à des étirements musculaires (contraction/relâchement). Également appelées techniques d’énergie musculaire, elles sont indiquées lors d’un manque de souplesse important en particulier au niveau des muscles posturaux.

2 thoughts on “L’ostéopathie : pour qui, déroulement d’une séance, techniques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.