Top 3 des meilleures alternatives naturelles à l’ibuprofène

Top 3 des meilleures alternatives naturelles à l’ibuprofène

Face aux nombreux effets secondaires et à complications infectieuses graves causés par l’ibuprofène et le kétofrène, la meilleure alternative est de se tourner vers les remèdes naturels.

Dans ce registre, le gingembre, la curcumine, et le boswellia sont des anti-inflammatoires et analgésiques naturels efficaces.

Le gingembre

Le gingembre possède effectivement des composés qui exercent plusieurs mécanismes d’actions sur l’organisme. Citons en premier les gingérols, les shogaols et les paradols qui agissent dans la diminution des douleurs reliées à l’arthrite et aux troubles inflammatoires. La médecine ayurvédique indienne utilise d’ailleurs cette plante aux vertus anti-inflammatoires pour soulager ces types de douleurs. La revue médicale Phytomedicine a également publié une étude sur le sujet en 2005 afin de comparer son efficacité à celle de médicaments de dernière génération.

Posologie : Qu’il soit consommé frais, en boisson ou en tisane, consommez-en 500 mg par jour au minimum pour qu’il agisse sur l’organisme. Pour soigner des articulations douloureuses par exemple, appliquez des cataplasmes infusés avec du gingembre sur les zones à traiter. Pour les maux de gorge, mélangez une cuillère à café de teinture diluée dans de l’eau tiède puis utilisez le mélange en gargarisme. Par ailleurs, 1 à 2g de gingembre séché correspondent à 10g de gingembre frais. Infusez donc 150 ml d’eau chaude avec 1 g de gingembre 3 fois par jour en usage interne. Vous pouvez également le prendre en teinture avant les repas (10 à 20 gouttes) ou encore en poudre à raison de 500 à 1000 mg par jour.

Le curcumine

Comme le gingembre, la curcumine possède d’importantes caractéristiques analgésiques et anti-inflammatoires. Ce pigment principal du curcuma, plante herbacée et épice originaire de l’Asie du Sud-est, soulage plusieurs types de douleurs. Citons notamment celles causées par les brûlures, la douleur post-opératoire après une cholécystectomie laparoscopique, ou encore la douleur neuropathique selon plusieurs études. Le journal scientifique « Journal of Alzheimer’s Disease » avait également publié une étude sur la curcumine. Les résultats avaient démontré que l’association curcumine et vitamine D ralentirait l’évolution de la maladie d’Alzheimer. La curcumine est aussi indiquée pour limiter les crises douloureuses dans le cas des colites ulcéreuses et pour soigner les inflammations intestinales. Pour qu’elle agisse de manière efficace sur les pathologies inflammatoires, il faudra en consommer 1 g par jour au minimum en dehors des repas, et de préférence associés avec du gingembre ou du fenugrec.

Posologie : Comme le gingembre, la curcumine peut être utilisée en teinture, en infusion, en poudre, ou encore en cataplasme. Pour l’infusion, laissez infuser 1,5 ou 2 g de curcumine dans 150 ml d’eau bouillante, puis buvez-en deux tasses par jour. Lorsqu’elle est en poudre, consommez-en 1,5 à 3 g par jour, soit 1 cuillère à thé.  Pour les inflammations intestinales et les ulcères d’estomac en particulier, consommez 2 à 3 g par jour de curcumine pendant 2 mois pour une guérison quasi-complète.

Le boswellia

Également appelé « encens indien », le boswellia est un extrait de plante tiré de l’arbre Boswellia Serrata aux nombreuses et puissantes vertus anti-inflammatoires. Il est souvent utilisé en médecine traditionnelle ayurvédique sous plusieurs formes : crème (pour les usages externes), gélule, poudre. Il contient des acides appelés « boswelliques » qui améliorent la circulation sanguine et bloquent en même temps la surproduction de la cytokinèse (la division du cytoplasme dans les cellules), dans les tissus endommagés. Grâce à ses actions sur les globules blancs inflammatoires, il permet de traiter les maladies inflammatoires chroniques (notamment sur l’intestin, l’estomac et le colon), l’asthme, la toux, la bronchite, la polyarthrite rhumatoïde, ou encore l’arthrose.   

Posologie : Pour traiter les symptômes de l’asthme, il est recommandé d’en consommer 300 mg 3 fois par jour pendant 6 semaines. Pour qu’il agisse en profondeur sur les douleurs et les inflammations chroniques, prenez-en entre 800mg à 2000mg par jour pendant 2 à 3 mois.

3 thoughts on “Top 3 des meilleures alternatives naturelles à l’ibuprofène

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.