Dossier : les méthodes naturelles pour prévenir et soulager l’Alzheimer

Dossier : les méthodes naturelles pour prévenir et soulager l’Alzheimer

Comme avec le cancer, de nombreux patients atteints de la maladie d’Alzheimer se tournent maintenant vers les médecines naturelles pour soulager leurs difficultés.

L’Alzheimer, cette maladie dépourvue de traitement curatif dans l’allopathie touche plus de 900 000 personnes en France. Malgré les sommes colossales déjà allouées aux recherches médicamenteuses, les solutions curatives ne sont pas encore trouvées. Les médecines naturelles regorgent notamment de solutions simples, aussi bien pour la prévention que le soin. Mais on est peut être plus occupé à les critiquer qu’à les étudier en profondeur… Cosmico vous dévoile aujourd’hui quelques méthodes naturelles pour prévenir et soulager l’Alzheimer.

Alzheimer et médecine naturelle

L’Alzheimer est une maladie neuro-dégénérative qui est responsable de 60 à 70% des cas de démence. Très évolutive et pour l’instant incurable, elle se traduit par la disparition de neurones qui commence dans l’hippocampe et se poursuit dans d’autres zones du cerveau. Le patient souffre alors de troubles de la mémoire, de reconnaissance (temps et espace), de langages et gestes et ainsi de suite.

Les médicaments chimiques n’ont pas été en mesure de montrer une efficacité avérée dans le traitement et la guérison de cette maladie. Certains d’entre eux ont même fait l’objet d’un déremboursement faute d’utilité clinique suffisante et à cause de nombreux effets secondaires. La médecine naturelle quand à elle est pour le moment négligée alors même qu’à défaut de guérison « miraculeuse », elle aura produit peu ou pas d’effets néfastes sur la santé.

De nombreuses plantes, comme le cannabis thérapeutique, procédés psychologiques, manuels et psychocorporels ont par ailleurs fait leur preuve dans l’amélioration des fonctions cognitives de sujets sains ou malades. Troubles du sommeil, anxiété, vieillissement de tissu (cérébral) ou encore stress connaissent tous de nombreuses solutions naturelles. Ces méthodes permettent de mieux accompagner une personne souffrant d’Alzheimer au niveau des troubles comportementaux. Une grande aubaine surtout pour les proches, la famille et les aidants qui sont aussi affectés que les patients.

La phytothérapie pour soigner la maladie d’Alzheimer

Au stade léger, l’Alzheimer peut être soulagé par la phytothérapie. De nombreuses plantes permettent en effet d’entretenir, d’améliorer et de soigner les fonctions cognitives. En voici quelques unes :

  • Le ginkgo biloba, cet arbre qui existait déjà tel qu’il est aujourd’hui du temps des dinosaures, était au départ exploité pour la décoction, les tisanes, etc. L’engouement sur cette plante a commencé lorsqu’on en a vu refleurir en 1946 sur une zone touchée par la bombe atomique d’Hiroshima en 1945. On a ensuite extrait ses principes actifs à partir des années 80 où le ginkgo était déjà utilisé pour traiter les troubles des fonctions cognitives et pour prévenir l’Alzheimer ;
  • Les myrtilles auraient des vertus contre le vieillissement du cerveau, en recyclant les protéines toxiques du cerveau pour nettoyer les cellules (autophagie). Une étude menée à l’université de Cincinnati aux Etats-Unis a démontré que ces petits fruits rouges permettaient d’améliorer la mémoire, la capacité d’élocution et l’accessibilité à des idées, pour les personnes souffrant d’un léger trouble du système cognitif ;
  • Le ginseng (Panax ginseng) est la plante idéale pour booster les fonctions cognitives, et même pour une personne en bonne santé. Très utilisée dans la médecine traditionnelle chinoise, cette plante est surtout destinée à soigner et à entretenir la santé des séniors et des plus faibles. Des situations bien connues chez les patients de l’Alzheimer. Afin d’éviter les explosions de colère ou la surexcitation, le ginseng doit être pris de manière graduelle, à raison de 500mg à 1g de racine pulvérisée par jour. Lorsque le sujet le supporte bien, on peut augmenter de 3g à 4g/ jour après deux semaines ;
  • Le curcuma est très efficace pour freiner le développement de l’Alzheimer ou des troubles cognitifs dès le stade léger. Cette plante possède des vertus anti-inflammatoires et antioxydant qui permettent de lutter contre le stress oxydatif. Elle limite la formation de plaques amyloïdes et ralentit ainsi la dégénération de neurones. On peut en consommer de 1g jusqu’à 4g, mélangé avec du miel pour faciliter l’ingestion.

Les huiles essentielles de l’aromathérapie

Toujours dans la branche de la phytothérapie, l’aromathérapie extrait principalement les principes actifs d’une plante pour soigner l’Alzheimer. L’objectif étant de limiter les dégradations des neurones et ralentir le développement de la maladie. Différentes huiles essentielles travaillent à cet effet, en fonction des troubles à traiter.

  • En cas d’anxiété, difficultés à s’endormir et dépression

Dans ces cas, il est conseillé d’utiliser les huiles essentielles de Verveine citronnée (Lippia citriodora) ou de Mélisse officinale (Melissa officinalis). Ces huiles sont particulièrement efficaces mélangées avec une autre huile essentielle douce de pamplemoussier  ou d’oranger, et diffusées dans l’air ambiant. On peut également les diluer et les utiliser par voie cutanée.

  • En cas de troubles du sommeil et de la concentration, anxiété

Il suffit d’utiliser des huiles essentielles de lavande fine (Lavandula angustifolia), de Coriandre (Coriandrum sativum) ou de Bergamotier (Citrus aurantium ssp bergamia). On peut les utiliser par diffusion atmosphérique, par un bain aromatique (dilution dans une base neutre) ou par voir cutanée (dilution à 5% dans une huile végétale).

  • En cas d’agitation et d’anxiété

Au calme, lors d’un moment de détente ou dans toutes les activités au quotidien, il suffit de diffuser des huiles essentielles d’Aneth (Anethum gaveolens), de Carvi (Carum carvi) ou d’oranger amer (Citrus aurantium ssp amara) et doux (Citrus sinensis) dans l’atmosphère.

Les autres médecines naturelles contre l’Alzheimer

En dehors des thérapies par les plantes, plusieurs autres approches permettent d’accompagner un patient atteint de l’Alzheimer et aussi ses aidants et proches. Massages, acupuncture, hypnose ou encore musicothérapie, ces méthodes naturelles permettent de mieux vivre cette maladie, tout en ralentissant son développement. A un stade léger, certaines thérapies pourraient même stopper la dégénération des neurones et réduire la maladie à de simples troubles cognitifs et fonctionnels.

L’hypnose, par exemple, permet de travailler sur la concentration, la gestion du stress et les capacités de mémorisation instantanée et à long terme du sujet. Combinée avec la motivation, la socialisation et la relaxation, cette méthode peut présenter d’excellents résultats. E cas de démence cognitive légère, l’acupuncture aide également le client à améliorer ses fonctions cognitives et à freiner la dégradation des capacités de sa mémoire. Il faudra pour cela combiner cette thérapie à des soins médicamenteux à base de nimodipine, d’après une étude menée par des chercheurs à l’Université de Wuhan en Chine.

Dans tous les cas, la prise en charge de l’Alzheimer ne doit pas se limiter au seul patient, car la maladie et ses conséquences affectent également les proches et les soignants. Les thérapies en groupe hétérogène, patients avec les soignants  permettent d’obtenir de meilleurs résultats, notamment quand il s’agit de relaxation, de socialisation ou encore d’aromathérapie.

2 thoughts on “Dossier : les méthodes naturelles pour prévenir et soulager l’Alzheimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.