Pourquoi les formations inscrites au RNCP sont rares

Pourquoi les formations inscrites au RNCP sont rares

Les écoles qui proposent des formations dans les métiers de la médecine naturelle sont très nombreuses. Mais très peu d’entre elles sont inscrites au RNCP, le répertoire national des certifications professionnelles. Une raison simple explique cela, l’inscription d’une formation dans ce registre est loin d’être un jeu d’enfant.

3 conseils pour continuer à donner des formations en médecine naturelle

Pour les novices qui découvrent la question et souhaitent se former, il est difficile de s’y retrouver et de choisir la « bonne » école. On aurait pu penser que le registre officiel du RNCP inclurait des formations liées à la médecine naturelle. C’était sans compter sur les critères drastiques d’inscription que peu d’écoles, pourtant sérieuses, peuvent véritablement remplir.

Les critères complexes d’inscription au RNCP

Pour qu’une formation dédiée à un métier de la médecine naturelle soit enregistrée au RNCP, il faut que ses responsables aient préalablement déposé une demande complète. Cette procédure inévitable peut être menée directement en ligne. Un guide complet est d’ailleurs mis à disposition pour permettre de comprendre toutes les étapes.

Mais avant de demander à s’enregistrer au RNCP, les responsables de formations doivent bien préparer leurs arguments en amont. En effet, rien ne doit être laissé au hasard car chaque dossier est étudié et vérifié en profondeur. Il n’y a donc aucune garantie que la demande d’enregistrement soit acceptée.

Décrire les blocs de compétences

Tout projet d’inscription d’une formation au RNCP doit donc détailler avant toute chose les blocs de compétences qui permettront aux personnes certifiées d’exercer de façon autonome leur activité professionnelle. Les blocs de compétence doivent alors être organisés de façon cohérente. L’organisme formateur doit aussi indiquer comment ces blocs de compétences sont acquis : soit par formation, soit par VAE (validation des acquis et de l’expérience), soit de façon mixte.

Rappeler les contraintes liées à la profession

Dans le même temps, le dossier d’inscription au RNCP doit indiquer si le type d’emploi auquel les étudiants sont formés relève d’obligations particulières. Dans le cadre des métiers liés à la médecine naturelle, il est évident que le respect des dispositions du code de la santé publique relatives à l’exercice illégal de la médecine sont à mettre en avant. Toute autre référence à un cadre extra-national est également bienvenue.

Retrouvez ici nos conseils pour éviter l’exercice illégal de la médecine

Dérouler les moyens de validation de la formation

Le demandeur doit aussi expliquer, dans son dossier RNCP, les différentes voies d’accès à la certification. Cela peut être un parcours de formation étudiant, un contrat d’apprentissage, une formation continue, un contrat de professionnalisation, une candidature libre ou même une VAE.

La description du parcours des professionnels après leur formation

L’étape hautement importante de la demande d’inscription au RNCP consiste dans la description, par le déposant, du parcours des candidats formés à l’issue de leur passage dans l’école. Le dossier doit décrire, pour au moins 2 promotions, le nombre de personnes finalement certifiées ou encore le taux d’insertion global 6 mois dans tout type d’emploi et dans l’emploi spécialement visé par la certification.

Les innombrables documents justificatifs à fournir

Ultime étape du dossier de demande d’inscription au RNCP : les documents justificatifs. Doivent notamment être fournis un extrait K-bis attestant de l’existence légale de l’organisme certificateur, un extrait de casier judiciaire daté de moins de 3 mois, une description complète de l’organisation des épreuves d’évaluation et de contrôle des connaissances.

Un dossier complet, téléchargeable en même temps que la réalisation de la demande en ligne, doit aussi être complété et transmis.

C’est donc un dossier extrêmement lourd à porter qui doit être fourni par les écoles qui souhaitent que leur formation intègre le RNCP. A ce jour, les formations dédiées à la médecine naturelle sont quasiment toutes exclues de ce répertoire.

Quelles autres formations peuvent être suivies ?

Aujourd’hui, les formations à des métiers de la médecine naturelle inscrites au RNCP se comptent sur les doigts d’une main. Parmi elles on peu citer la formation en naturopathie délivrée par le centre de formation professionnelle et de promotion agricole (CFPPA) de Hyères, aussi appelé Agricampus du Var. La certification officiellement reconnue est celle de « conseiller(ère) en naturopathie ». Disponible sur le site du RNCP, cette certification est axée sur l’éducation au bien-être.

Mais bon nombre d’autres formations existent et présentent des critères de sérieux qui n’ont parfois rien à envier aux formations inscrites au RNCP. Si nous restons dans le cadre de la naturopathie, nous pouvons par exemple parler des écoles membres de la FENA (directement liées au syndicat OMNES) qui exigent un tronc commun de formation sur une durée minimale de 1 200 heures en présentiel. Nous pouvons également parler des écoles agréées par le SPN (syndicat des professionnels de naturopathie) qui, elles aussi, répondent à des exigences de tronc commun de formation et de durée minimale de cours, en présentiel et à distance.

Il n’est donc pas nécessaire de trouver LA formation reconnue par le RNCP pour se former en médecine naturelle : cette quête peut parfois être perdue d’avance et d’autres formations parfaitement recommandables existent. Il est alors recommandé aux aspirant-professionnels de la médecine naturelle de bien se renseigner sur les formations potentielles, leur qualité, leurs reconnaissances par les organisations représentant la profession, avant de se lancer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.