Euthanasie : les mutuelles espèrent un nouveau marché

Euthanasie : les mutuelles espèrent un nouveau marché

Thierry Beaudet, président de la Fédération Nationale de la Mutualité Française (FNMF), vient de commettre, dans le Journal du Dimanche, une tribune favorable à l’euthanasie qui sème le trouble, y compris parmi les adeptes de l’économie sociale et solidaire. Il y fait une offre de services, au titre de la mutualité, pour facilité la liberté de se suicider en pariant sur les mutuelles comme « pionnières en créant les lieux et les conditions permettant d’exercer cette liberté. ». Cette approche mercantile du sujet choque, mais elle interroge sur la vraie nature de ce qu’est aujourd’hui la mutualité.

L’euthanasie est-elle un marché comme les autres ? Thierry Beaudet n’a pas été très inspiré dans sa tribune du Journal du Dimanche de ce week-end (ou alors le conseiller en communication de la FNMF qui a rédigé la tribune est à congédier d’urgence), intitulée « l’aide active à mourir, un débat nécessaire », où une longue argumentation sur l’éthique du suicide conçu comme liberté s’achève par une nouvelle offre de services mutualistes dans ce domaine. Le journal La Croix, pourtant enclin à caresser l’économie sociale et solidaire dans le sens du poil, a écrit des mots cruels sur cette maladresse. Le quotidien catholique de gauche cite la psychologue Marie de Hennezel à l’appui de sa charge toute en subtilité : « On peut légitimement se demander si les mutuelles ne pourraient pas avoir des intérêts financiers à défendre une telle évolution ». 

Et c’est vrai que la tribune de Thierry Beaudet ne comporte aucune ambiguïté sur le sujet : les positions du président favorables à l’euthanasie confondent les arguments philosophiques et la proposition commerciale, comme si la mutualité française considérait que l’euthanasie est un nouveau marché à conquérir et que l’argent justifie, en mode pharisien ou jésuite, toutes les orientations philosophiques imaginables. 

Les positions sur l’euthanasie viennent de tuer les dernières illusions sur les mutuelles

Dans de nombreuses publicités financées sur des médias prestigieux et coûteux, les acteurs de l’économie sociale et solidaire, et notamment les mutuelles (mais le crédit coopératif ne fait pas mieux), aiment à rappeler que, eux, ils sont désintéressés, parce qu’ils n’ont pas d’actionnaires à rémunérer et qu’ils n’ont pas d’objectifs lucratifs. On retiendra par exemple le slogan de la MAIF, l’assureur militant, ou la récente campagne sur ce que sont vraiment les mutuelles, affichée dans de nombreux abribus. 

Chacun sait que, en communication, on a besoin de n’énoncer que ce qui ne coule pas de source. Et c’est vrai que la course au gigantisme chez des acteurs mutualistes, avec l’émergence de groupes comme Vyv ou Aesio, interroge sur le sens de cette évolution profonde que connaît la mutualité. Entre l’esprit mutualiste originel où des assurés se regroupaient spontanément pour s’assurer eux-mêmes et conserver le contrôle de leur propre assurance santé, et la constitution d’énormes machines mutualistes où le pouvoir est détenu par des « permanents » de plus en plus éloignés de l’assuré, l’authenticité de l’inspiration mutualiste paraît bien difficile à préserver. 

La position de Cosmico sur l’économie sociale et solidaire, et sur les conflits d’intérêts, est simple. Nous considérons que l’esprit mutualiste initial est sain, celui qui consiste à permettre à des individus de s’organiser librement entre eux pour s’assurer contre les maladies et leurs dommages. Nous désapprouvons les grandes structures commerciales où le pouvoir est confié à des managers, comme c’est le cas dans un certain nombre de mutuelles ou à la sécurité sociale. Nous croyons que chacun doit pouvoir décider de son propre avenir.

Sur ce point, la conclusion de la tribune signée par Thierry Beaudet est terrible, car elle ruine en une seule phrase toutes les campagnes publicitaires qui proclamaient le contraire. En réalité, les mutuelles ne cachent plus guère leurs objectifs lucratifs et commerciaux, et montrent comment les prises de position philosophique qu’elles peuvent prendre sont d’abord dictées par le bénéfice qu’elles peuvent en retirer en termes de chiffre d’affaires. 

Thierry Beaudet réagit comme un Pharisien oint du seigneur

Le plus amusant tient à la réaction angélique de Thierry Beaudet lui-même. Interrogé par La Croix, l’intéressé ne semble pas prendre la mesure de la gaffe qu’il vient de commettre, insistant sur le fait que : « Sur cette nécessité d’en débattre, les mutualistes sont unanimes. En revanche, sur l’aide active à mourir, la question renvoie à la liberté absolue de conscience de chacun ». Thierry Beaudet, selon la Croix, n’a pas éprouvé le besoin de « rectifier le tir » en reconnaissant une maladresse. 

On sait pourquoi certains dirigeants mutualistes ne voient plus en quoi le mélange permanent des genres entre objectifs non lucratifs et stratégie de chiffres d’affaires scient la planche sur laquelle ils sont assis. C’est parce qu’ils se considèrent comme ce que Charles Gave appelle des « oints du seigneur ». Pour des raisons quasi-religieuses, ils estiment que toutes leurs positions sont bénies et non critiquables, et que seuls des malotrus ou des mauvais coucheurs peuvent mettre en doute leur sincérité ou leur désintéressement. 

Mais en dehors d’eux, qui y croit encore? 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.