L’hyperactivité des enfants apaisée naturellement

L’hyperactivité des enfants apaisée naturellement

De nos jours, de plus en plus d’enfants sont traités pour des troubles déficitaires de l’attention, avec ou sans hyperactivité (TDA/H). Cette maladie se développe de plus en plus et le traitement classique, à base de méthylphénidate, souffre, à raison, de mauvaise presse. Entre l’accoutumance prouvée et les différents effets secondaires plus ou moins graves, l’action de ce médicament sur le système nerveux met l’enfant dans un état d’apaisement et de calme radical.

Cependant, d’un point de vue pharmacologique, la molécule de ce médicament si fréquemment donné aux enfants est un dérivé proche des amphétamines. Et si, au lieu de donner un stimulant aux enfants, nous tentions d’approcher l’hyperactivité autrement ? En santé naturelle, les causes prennent parfois plus d’importance que les conséquences d’une maladie.

De quoi souffrent les enfants hyperactifs ?

  • D’un manque de concentration : les enfants porteurs du Trouble Déficit de l’Attention ont plus de mal que les autres à se concentrer. S’appliquer sur une tâche précise est difficile, encore plus à l’école.
  • Le besoin constant de bouger : l’enfant est constamment en train de gesticuler ou de bouger. Il ne tient pas en place et rester assis pendant plusieurs heures de cours peut être un vrai calvaire pour certains.
  • L’impulsivité : elle est une conséquence normale de la souffrance de l’enfant. Incapable de rester en place et de se concentrer sur une tâche, il bâcle alors ses activités. D’ailleurs, il peut facilement s’emporter sur son entourage. Frustration et angoisse sont au cœur de son mal-être.

Les causes de l’hyperactivité

L’hyperactivité est une perturbation du fonctionnement normal des cellules cérébrales. En effet, un dysfonctionnement cérébral marque le déséquilibre entre les neurotransmetteurs. L’hyperactivité, c’est une carence en sérotonine et un excès de dopamine.

Souvent, les polluants environnementaux semblent au cœur de la problématique : les métaux lourds, l’aluminium, l’iode, le plomb ou même encore le fluor. Les pollutions urbaines atteignent facilement les cellules du cerveau qui manque alors d’une bonne oxygénation.

Il existerait également une probable prédisposition génétique à ce trouble de la santé infantile.

Les solutions saines et naturelles pour aider un enfant hyperactif

  • La diminution et la régulation du temps d’écran quotidien. Tablette, télévision ou jeux vidéo doivent être régulés pour une meilleure utilisation. Perturbateurs du sommeil, les écrans favorisent les souffrances de l’enfant. Préférez les promenades en plein air qui stimulent l’oxygénation du cerveau et la relaxation globale du corps.
  • La diminution du taux de sucre. Le sucre est un excitant naturel pour l’organisme et cela perturbe les cellules de l’enfant. Retrouver une alimentation saine est une priorité. Les repas doivent être réguliers, adaptés aux gouts de l’enfant tout en lui apportant tous les nutriments dont il a besoin : fruits et légumes à profusion, petit déjeuner sain (pas de céréales ni de pâte à tartiner sucrée), etc.

Pensez aussi à remplacer les boissons gazeuses sucrées par de l’eau plate, les cellules ont besoin d’hydratation, plus qu’elles n’ont besoin de sucres.

  • Les cures alimentaires : Certaines carences peuvent être responsables de l’inadaptation d’un enfant. Pensez à lui donner des aliments riches en omégas 3. La gelée royale, le pollen ou encore l’huile d’onagre sont également intéressants à introduire dans leur régime alimentaire.  Préférez les compléments alimentaires si l’enfant a du mal à les consommer naturellement.
  • La régulation du temps de sommeil : les enfants hyperactifs ne dorment généralement pas bien. Leur imposer un rythme de sommeil peut les aider à se sentir mieux.

Les cures en naturopathie

Certains traitements en santé naturelle accompagneront l’enfant à retrouver une meilleure qualité de vie. Une supplémentation en micro-algues aiderait l’enfant par une détoxification des métaux lourds. Les algues sont également intéressantes, car, riches en nutriments, elles apportent au cerveau les nutriments dont il a besoin pour fonctionner plus efficacement. La chlorella, le klamath, la spiruline ainsi que les antioxydants sont des remèdes qui stabilisent le terrain en vue d’un mieux-être.

Révisez toujours le terrain et l’alimentation de l’enfant pour vous assurer qu’il ne soit pas carencé ou en déséquilibre nutritionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.