Crohn, maladie inflammatoire chronique

Crohn, maladie inflammatoire chronique

La maladie de Crohn est une maladie inflammatoire chronique qui touche tout le système digestif, et plus particulièrement le côlon (gros intestin). Comme toute maladie chronique, elle évolue plus ou moins vite et se manifeste par poussées douloureuses et phases de rémission. Variables en intensité et en durée, les périodes de crise sont caractérisées par différents symptômes très instables d’une personne à l’autre. Néanmoins, les diarrhées (avec ou sans perte de sang dans les selles) et les douleurs abdominales sont au centre des préoccupations.

De la bouche à l’anus, la maladie de Crohn est difficile à soigner par une prise médicamenteuse. En effet, la paroi de l’intestin est enflammée et altérée, rendant pratiquement impossible l’assimilation médicamenteuse. Les molécules, pour atteindre la circulation sanguine, sont absorbées par les villosités intestinales, ce qui est impossible en cas de maladie de Crohn.

Pourquoi souffre-t-on de la maladie de Crohn ?

Dans cette maladie intestinale inflammatoire, le microbiote et la muqueuse intestinale sont altérés. Les causes de la maladie sont :

  • Les facteurs environnementaux et l’hygiène de vie. De plus en plus de personnes souffrent de cette maladie en ce 21e siècle. Il est alors facile de comprendre que la qualité de vie actuelle est un facteur aggravant ou déclenchant la maladie.
    • Une mauvaise hygiène alimentaire ;
    • Usage des contraceptifs oraux ;
    • Le tabagisme et la consommation excessive d’alcool ;
    • La surconsommation de protéines animales ;
    • Un mauvais ratio oméga-6 (acides gras inflammatoires) VS oméga-3 (acides gras anti-inflammatoires) ;
    • Le stress. Considéré comme un facteur psychologique, le stress favorise l’apparition de maladies intestinales. S’il n’est pas prouvé que le stress ou un choc émotif est le facteur déclenchant, nous pouvons néanmoins confirmer qu’il est un facteur aggravant.

Comment savoir si on souffre de cette maladie chronique ?

Un diagnostic est indispensable pour confirmer la maladie. Les méthodes sont invasives, car la visualisation des lésions marque l’attestation de la maladie. La coloscopie est la méthode la plus utilisée pour vérifier l’état général du côlon. Contrairement à la recto colique hémorragique, la maladie de Crohn se manifeste par des lésions discontinues ou des ulcérations de la paroi intestinale.

Les maladies intestinales sont nombreuses et peuvent être confondues. C’est pourquoi l’endoscopie peut être un examen supplémentaire à effectuer pour mesurer l’atteinte et la gravité des différents signes cliniques.

Soigner naturellement la maladie de Crohn

La maladie a de nombreuses conséquences sur la santé. La mauvaise assimilation des nutriments engage une dénutrition et une dévitalisation de l’organisme. Les malades sont beaucoup plus fragiles, souffrent d’amaigrissement et tombent plus facilement malades. De plus, afin d’éviter une dégénérescence maligne (cancer colorectal), des complications infectieuses ou même des hémorragies digestives, la nature a tous les outils pour aider les malades à augmenter les périodes de calme.

Les probiotiques

Ce sont des bactéries indispensables à la formation d’une flore intestinale saine et naturelle. L’inflammation chronique perturbe le microbiote. En ajoutant des probiotiques dans son rituel de santé, on aide le corps à guérir. Certaines souches semblent très efficaces pour réduire les diarrhées liées à la maladie.

La berbérine 

Plante médicinale alcaloïde, la berbérine protège la paroi intestinale et agit comme un agent réparateur sur la perméabilité intestinale. Une régénération tissulaire aide le corps à limiter les problèmes de malabsorption.

La révision de l’alimentation

Il est important de tester et faire une analyse des aliments irritants. Si certains aliments vous font mal, éliminez-les ou consommez-les avec parcimonie. Souvent, le gluten, les laitages, les crudités et les protéines carnées sont des ennemis des malades de Crohn. L’alimentation ne doit pas aggraver la situation inflammatoire du système digestif, mais doit plutôt servir à diminuer les symptômes. Les aliments de type anti-inflammatoires (riches en oméga 3) sont préférés.

La supplémentation nutritionnelle et par les plantes

Les carences sont courantes lorsqu’on souffre de la maladie de Crohn. Entre la malabsorption et les diarrhées fréquentes, la perte de nutriments peut conduire à des carences plus ou moins graves en calcium, vitamine B9, fer, zinc, vitamine D, etc. Supplémentez vous dès que la perméabilité intestinale est stabilisée.

Le soutien par les plantes comme la camomille matricaire, en infusion, soulage et soigne les inflammations et gonflements gastro-intestinaux.

Un accompagnement global indispensable

Les maladies inflammatoires chroniques nécessitent un accompagnement global et holistique. Acupuncture, sophrologie, hypnose, psychothérapie ou soins énergétiques peuvent aider la personne atteinte de cette maladie à soulager certains symptômes, et même stopper l’évolution de la maladie.

2 thoughts on “Crohn, maladie inflammatoire chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.