Un allopathe condamné à trois mois de suspension pour avoir critiqué l'homéopathie

Un allopathe condamné à trois mois de suspension pour avoir critiqué l'homéopathie

Un allopathe qui avait critiqué l’homéopathie dans une tribune publiée par la presse mainstream vient d’écoper d’une suspension de trois mois après une décision du conseil de l’ordre. Cette sanction très lourde illustre les tensions qui traversent l’allopathie confrontée à l’émergence des médecines naturelles.

Un allopathe, Mathieu Van Dessel, médecin généraliste à Clichy, dans les Hauts-de-Seine, et trésorier du collectif FakeMed qui avait lancé le mouvement hostile à l’homéopathie, s’est vu infliger la sanction rare d’une suspension d’exercice de trois mois avec sursis, tandis que les neuf autres médecins qui avaient comparu avec lui le 17 décembre, dont Mathias Wargon (par ailleurs mari de la secrétaire d’État Emmanuelle Wargon), Marion Lagneau et Pierre de Brémond d’Ars, ont reçu un blâme. Ces médecins avaient signé une tribune dans le Figaro dénonçant le charlatanisme de l’homéopathie.

Un allopathe peut-il dénigrer un confrère homéopathe ?

La saisine du Conseil de l’Ordre provient du syndicat des homéopathes (SNMHF). Celui-ci a poursuivi une soixantaine des signataires de la tribune, les accusant de “non-confraternité” et leur reprochant les termes vifs employés dans le texte. Ce dénigrement semble avoir suscité des réactions violentes, puisque la décision de suspendre l’exercice de la médecine, même avec sursis, est très rare.

Le collectif FakeMed pointe des “audiences entachées d’irrégularités”, car une médecin homéopathe siégeait dans le jury, et déplore que l’Ordre des médecins des Hauts-de-Seine se soit associé à la plainte des homéopathes contre le docteur Van Dessel. Ce mélange des genres pourrait affaiblir la portée de la décision du Conseil.

On retiendra de cette affaire que le droit de dénigrer les médecines douces, en particulier l’homéopathie, est très peu étayé lorsque ce dénigrement vise un docteur en médecine. Cette jurisprudence ne trouverait pas à s’appliquer dans l’hypothèse d’un praticien qui ne serait pas médecin allopathe.

One thought on “Un allopathe condamné à trois mois de suspension pour avoir critiqué l'homéopathie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.