La médecine tibétaine, quelques grandes notions

La médecine tibétaine, quelques grandes notions

La médecine tibétaine est mal connue en Occident. Elle se distingue pourtant de ses voisines et cousines les médecines chinoise et indienne. Elle repose essentiellement sur un diagnostic établi à partir du pouls et de l’urine. Elle préconise un équilibre entre les trois « humeurs » fondamentales de l’organisme.

La médecine tibétaine est un héritage direct du haut Moyen-Âge, mais ses premiers principes sont beaucoup plus anciens. Ils dateraient du VIIè siècle avant Jésus-Christ, et se seraient enrichis au cours du temps, notamment grâce à des apports de l’ayurvéda.

Médecine tibétaine et école de Chakpori

La première grande école de médecine tibétaine fut fondée en 1695 à Chakpori, près de Lhassa. Elle fut détruite par l’armée chinoise en 1959 lors des affrontements avec les Tibétains, et recréée en 1992 à Darjeeling.

Cette école accueillait historiquement des médecins chinois et indiens, ce qui souligne le caractère complexe et les origines métissées de la médecine tibétaine. Elle continue à pratiquer cette forme originale de thérapeutique.

Les diagnostics dans la médecine tibétaine

Cette médecine repose essentiellement sur l’analyse du pouls et des urines. Les médecins tibétains ne font pas de prises de sang et ne mesurent pas la pression sanguine.

La médecine tibétaine cherche à maintenir un équilibre entre les trois humeurs fondamentales du corps : le vent (rLüng), la bile (mKhris pa) et le phlegme (bad-kan). Le vent est à la source de l’activité cérébrale, sanguine et nerveuse. La bile permet les fonctions métaboliques. Le phlegme permet la digestion et l’équilibre psychologique.

Les traitements dans la médecine tibétaine

Les diagnostics tibétains permettent de déterminer des traitements et des remèdes assez proches de la naturopathie occidentale. Ils reposent d’abord sur des conseils en matière d’alimentation et de comportement alimentaire.

Ils incluent également l’utilisation d’une pharmacopée composée de 2.000 plantes et de 50 minéraux. Ces plantes peuvent être consommées sous forme de pilules.

Critiques contre la médecine tibétaine

Comme dans le cas de la médecine chinoise, l’efficacité de la médecine tibétaine met insuffisamment en jeu la question des preuves. Certains analystes considèrent donc que les remèdes tibétains sont d’une efficacité limitée. Elle se définit comme une médecine holistique.

On notera que la Chine a demandé son inscription au patrimoine mondial immatériel de l’Humanité.

2 thoughts on “La médecine tibétaine, quelques grandes notions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.