Equilibre alimentaire : et si vous testiez le jeûne intermittent ?

Equilibre alimentaire : et si vous testiez le jeûne intermittent ?

Comment se libérer du joug d’une alimentation hypercalorique, grasse et mal équilibrée ? Comment perdre du poids efficacement et rapidement ? Des régimes alimentaires et minceur, il en existe à profusion : allant de simples détoxifications à des diètes drastiques. Si vous avez besoin de suivre un pour retrouver un bon poids santé, le jeûne intermittent est à tester. Cette tendance alimentaire offre plus d’un avantage et son efficacité est sans pareil. Mais attention, des précautions s’imposent. Explications.

Le jeûne intermittent : secret minceur et formule diète

Le jeûne intermittent est un mode d’alimentation qui alterne périodes de jeûne et périodes de prise alimentaire normale. Il s’agit plus d’un programme de privation et d’alimentation avec horaires fixes que d’un régime. C’est un plan diététique plus flexible et moins strict qu’un régime minceur interdisant toute consommation d’aliments. Il aide à perdre du poids en douceur et d’une manière saine. En plus d’éliminer vos calories en trop, il apporte son lot de bienfaits sur la santé.

Le jeûne intermittent se décline en plusieurs modèles suivant son mode d’application :

  • Jeûne partiel : il consiste à alterner une poignée d’heures d’alimentation avec plusieurs heures de jeûne par jour. Il en existe diverses variantes, mais la plus populaire est la méthode 16:8 (dite aussi fasting ou Leangains). Il y a d’autres méthodes, dont 17:7 et 18:6.
  • Méthode 5:2 : ici, vous devez limiter votre consommation calorique à 500 à 600 calories la journée, à raison de 2 jours par semaine. Le reste de la semaine, vous serez libre de manger comme bon vous semble.
  • Eat Stop Eat ou jeûne 1 jour sur 2 : celui-ci consiste à manger à son habitude durant 24 heures et le jour suivant, jeûner. Cette pratique se réitère 1 à 2 fois par semaine.

A noter que durant les phases de jeûne, vous pouvez boire de l’eau, mais sans plus.

Une légion de bienfaits en perspective

S’adonner au jeûne intermittent contribue à la diminution de ses apports caloriques donc de son poids. Il empêche l’accumulation de masse graisseuse dans le corps et régule le taux de glycémie.

Cette pratique rééquilibre également les hormones du corps (insuline et HGH ou hormone de croissance humaine) en vue d’un meilleur usage des réserves de graisse.

Autres bienfaits du jeûne intermittent : il favorise l’autophagie c’est-à-dire le processus de régénération des cellules. Aussi, il restreint les risques de surpoids et les maladies associées (diabète type 2, maladies cardio-vasculaires, etc.). Il aide à réduire les risques d’inflammation et de stress oxydatif, ainsi qu’à détoxifier l’organisme. Pour finir, il offre un meilleur contrôle des sensations alimentaires.

Le jeûne intermittent en pratique 

Comme susdit, il existe diverses déclinaisons au jeûne intermittent. Pour le fasting ou la méthode 16:8, vous aurez 8 heures de prise alimentaire et 16 heures de jeûne. Ici, vous pouvez partir sur une base de jeûne la nuit, le premier repas à midi, une collation à 16 heures et le dernier repas à 20 heures. Selon vos habitudes, ces horaires peuvent être décalés tant que cela reste dans la marge des 16:8. Ce programme est parfaitement compatible à une vie sociale et s’avère peu contraignant. Il peut être appliqué en parallèle avec des exercices physiques (dont musculation).

Au début d’un jeûne intermittent, il peut arriver que la sensation de faim devienne oppressante. Cette phase d’inconfort est normale et dure habituellement 2 jours. Mais en cas de persistance, vous pouvez vous calmer vos ardeurs avec du café noir ou du thé vert.

Pour commencer en douceur l’aventure, il est conseillé de déguster des portions raisonnables durant les phases de prise alimentaire. Idéalement, optez pour un menu riche en aliments fibreux, en protéines de qualité et en matières grasses saines. N’oubliez pas de boire beaucoup d’eau ou des boissons non sucrées. Aussi, vous devez aussi dormir suffisamment.

Contre-indications et précautions

Avant de tester le jeûne intermittent, demander un avis médical et l’assistance d’un professionnel de l’alimentation est requis.

Pourquoi ? Mal encadré, ce plan régime peut engendrer fatigue, frustration, fringales et compulsions alimentaires. Aussi, il est contre-indiqué aux personnes diabétiques, souffrant d’un trouble métabolique, et hypertensives. Il est aussi interdit aux femmes enceintes et allaitantes, aux patients cancéreux, aux personnes âgées et aux enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.