Les cinq compétences émotionnelles de base

Les cinq compétences émotionnelles de base

L’intelligence sociale suppose de savoir développer des compétences émotionnelles fondamentales. Selon Ilios Kotsou, on en compte 5 essentielles. En voici la présentation.

Les 5 compétences émotionnelles selon Kotsou

Dans le processus de développement de l’intelligence émotionnelle, Kotsou identifie cinq compétences fondamentales à maîtriser pour améliorer ses performances dans ce domaine.

Les compétences émotionnelles, un concept à comprendre

Kotsou utilise l’expression de compétences émotionnelles pour rappeler que l’intelligence émotionnelle n’est pas figée, et qu’elle peut évoluer, y compris à l’âge adulte. En revanche, leur développement suppose une formation et un véritable travail de l’apprenant.

Identifier les émotions, la première des compétences émotionnelles

Le processus de l’intelligence émotionnelle commence par l’identification des émotions chez soi-même et chez autrui. En situation de vie sociale ou collective, il est important de revenir aux déterminants des comportement individuels pour faire fonctionner le groupe.

Ainsi, mon attitude vis-à-vis du groupe est-elle dictée par la simple raison ? ou bien est-elle plus ou moins influencée par des émotions qui me dominent, comme la peur de l’autre, l’angoisse de ne pas réussir, la jalousie ?

Il n’est pas toujours évident de le savoir, pas plus qu’il n’est évident de savoir déchiffrer les émotions des autres ni à quel point ces émotions dictent leurs réactions. L’identification des émotions d’autrui joue un rôle aussi important que l’identification de ses propres émotions.

Exprimer ses émotions

Assez immédiatement après l’identification de ses propres émotions, il faut apprendre à les exprimer de façon appropriée au contexte. Cette étape est assez difficile, car l’expression de l’émotion est parfois « contrariée » par la culture des participants, qui impose des formes de pudeur.

Plus largement, savoir communiquer ses émotions et mettre l’autre en position de pouvoir les exprimer de façon appropriée est aussi un moment essentiel pour le bon fonctionnement du groupe.

Comprendre les émotions

Très souvent, dans les interactions collectives, l’émotion de l’autre n’est pas comprise et parfois on se surprend soi-même à « surréagir » à telle ou telle situation. Le constat des émotions n’emporte pas forcément leur compréhension.

Dans l’intelligence émotionnelle, la compréhension des émotions est donc une phase délicate, parce qu’il ne suffit pas d’identifier que l’autre est par exemple « vexé », il faut encore comprendre quelle attitude, quel propos l’a vexé. Et cette causalité est parfois très liée au vécu émotionnel de la personne.

Réguler les émotions

Le développement de l’intelligence émotionnelle entre ici dans le vif du sujet. Il ne s’agit plus seulement de constater, ni d’expliquer, mais de modifier l’état de fait en régulant ses émotions, c’est-à-dire en modifiant ses comportements et ses ressentis.

Cette phase engage tout particulièrement le consultant lui-même, qui doit apprendre à mieux réguler ses émotions dans le fonctionnement collectif, surtout lorsque ses émotions sont négatives et perturbent l’harmonie du groupe.

Développer les émotions positives

La cinquième des compétences émotionnelles à acquérir est la plus importante. Elle consiste à repérer en soi ou chez les autres les émotions positives, et à les développer pour améliorer le fonctionnement collectif. C’est une compétence rare chez les managers, qui suppose une formation en soi.

C’est ici que le travail sur l’intelligence émotionnelle trouve tout son sens. Nous aurons l’occasion d’y revenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.