Le curcuma, une épice anti-cancer scientifiquement prouvée

Le curcuma, une épice anti-cancer scientifiquement prouvée

Le cancer est à l’origine d’un décès sur quatre aux États-Unis, et d’un décès sur six à travers le monde avec 8,8 millions de morts en 2015. Il s’agit de la deuxième cause de décès au niveau mondial. Face à ces chiffres publiés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2018, plusieurs traitements ont déjà été testés en clinique dont ceux à base de curcumine, le principe actif du curcuma (Curcuma longa), et se sont avérés concluants…  

Le cancer, un problème de santé mondial majeur…

Le cancer est un problème de santé majeur qui peut affaiblir et détruire des vies humaines. Aux États-Unis par exemple, un décès sur quatre est dû au cancer. Plus de 124,6 milliards de dollars ont été dépensés en frais médicaux directs pour les 13,7 millions de survivants du cancer et 1,5 million de patients cancéreux nouvellement diagnostiqués aux États-Unis en 2010. L’allongement de l’espérance de vie humaine augmentera inévitablement la prévalence du cancer et les coûts associés. Par conséquent, le développement de stratégies efficaces de prévention du cancer est de plus en plus important.  

De nombreuses enquêtes ont prouvé que des modes de vie sains impliquant une alimentation équilibrée, un exercice régulier, l’arrêt du tabac, la réduction de l’alcool, le contrôle du poids et la gestion du stress sont bénéfiques pour diminuer le risque de cancer et ne peuvent jamais être surestimés. Cela explique notamment l’importance d’une alimentation équilibrée et la consommation de certains fruits, légumes et épices dans la chimioprévention.

Cette étape doit être considérée de la plus haute importance, car des personnes essentiellement en bonne santé recevront le traitement chimiopréventif pendant une longue période. Parmi ces aliments, la curcumine, le principe actif du curcuma, est à privilégier grâce à son potentiel de chimioprévention en raison  de ses effets anticancéreux.

Les nombreux effets de la curcumine dans la chimioprévention

Plusieurs études sur la prévention du cancer à différents stades ont démontré les effets anticancéreux et chimiopréventifs de la curcumine et l’ont suggérée comme un agent très favorable à la chimioprévention. Le premier rapport clinique sur les propriétés anticancéreuses de la curcumine a été réalisé par le chercheur indien Kuttan et ses collègues en 1985 qui ont utilisé une pommade à la curcumine à 1% sur les lésions cancéreuses de la peau entrainant une réduction de l’odeur de la maladie chez 90% des patients. 10% des patients ont connu une réduction de la douleur et de la taille des lésions.

Dans une étude sur la prévention du cancer de l’œsophage chez des rats nourris à la curcumine, l’activité chimiopréventive de la curcumine a été observée non seulement dans la phase d’initiation, mais également dans les phases post-initiation.

De plus, dans une autre étude sur un rat atteint de cancer hépatique induit par la N-nitrosodiéthylamine et le phénobarbital, des composés organiques cancérigènes, la curcumine a réduit la peroxydation lipidique et a récupéré la défense antioxydante du glutathion, une protéine naturellement produite par l’organisme et le roi des antioxydants, qui a finalement pu contribuer à la prévention du cancer hépatique.

Selon une autre étude, la curcumine a également diminué de manière significative les niveaux sériques de marqueurs biochimiques dont le 8-hydroxydeoxyguanosine et a augmenté ceux des antioxydants (vitamines C et E) chez les patients atteints de leucoplasie buccale, de fibrose sous-muqueuse buccale ou de lichen plan avec une diminution significative dans la taille de la douleur et des lésions.

Dans tous les cas, les agents chimiopréventifs sont classés en différents sous-groupes selon leur mode d’action : antiprolifératifs, antioxydants ou bloqueurs cancérigènes. La curcumine appartient aux trois sous-groupes compte tenu de ses multiples mécanismes d’action. Les effets anticancéreux de la curcumine résultent principalement de multiples mécanismes biochimiques impliqués dans la régulation des signaux de mort cellulaire et de survie programmés. 

Comment contourner les obstacles pharmacocinétiques ?

Les essais cliniques de phase I / II ont clairement montré que la curcumine présente une faible biodisponibilité chez l’homme, environ 1% après administration orale, un obstacle majeur à son utilisation en clinique. Les principaux facteurs contribuant aux faibles taux plasmatiques et tissulaires de curcumine semblent expliquer sa mauvaise absorption en raison de l’insolubilité dans l’eau, de l’élimination systémique rapide dans la bile et l’urine.

En fait, 40% de la curcumine administrée par voie orale est excrétée sous forme inchangée dans les fèces. Pour contourner ce problème de biodisponibilité, de nombreuses approches ont été envisagées, y compris la modification structurelle ou la modification du système d’administration, comme l’ajout d’adjuvant, de curcumine liposomale, de nanoparticules de curcumine et de complexe phospholipidique.

Les nanoparticules de curcumine en particulier ont été utilisées avec succès dans les études précliniques. La formulation de la curcumine par encapsulation dans des nanoparticules à base de lipides et des hydrogels notamment rend la formulation soluble dans l’eau. Beaucoup de ces formulations ont également montré une biodisponibilité et des propriétés pharmacocinétiques améliorées in vivo.  

Pour conclure, les personnes à haut risque et les survivants du cancer peuvent bénéficier de la chimioprévention, non seulement parce que la chimioprévention du cancer primaire est bénéfique pour les personnes à haut risque, mais aussi en raison de la nature dévastatrice de l’évolution de la maladie lorsque les patients subissent un stress post-traumatique ou une récidive. Comme la curcumine est un dérivé alimentaire naturel, facilement accessible, elle a un grand potentiel dans la prévention du cancer et des stress post-traumatique.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.