L’acide aminé, une piste prometteuse pour atténuer la perte de mémoire en cas d’Alzheimer ?

L’acide aminé, une piste prometteuse pour atténuer la perte de mémoire en cas d’Alzheimer ?

La L-Sérine. Il se pourrait que cet acide aminé soit le nouveau remède à la maladie d’Alzheimer pour corriger le déficit de production dans le cerveau. Une étude française a démontré sa capacité à restaurer les fonctions de mémoire chez des souris atteintes de la maladie.

Le 3 mars 2020, des scientifiques du Neurocentre Magendie (Inserm/Université de Bordeaux) et du Laboratoire des maladies neurodégénératives (CNRS/CEA/Université Paris-Saclay) ont publié leurs travaux dans Cell Metabolism. Selon eux, la L-sérine, un acide aminé particulier, administrée en tant que complément alimentaire, peut corriger les troubles de la mémoire de souris modèles de la maladie.

Avant de confirmer cette hypothèse, une étude collaborative avait d’abord démontré que la consommation de glucose par les zones du cerveau responsable de la mémoire diminuait de manière précoce dans la maladie d’Alzheimer. Pourtant, le cerveau fonctionne correctement en partie grâce à cette source d’énergie.

Pour comprendre ce dysfonctionnement du métabolisme du glucose du cerveau, les astrocytes ont été analysés chez des souris atteintes de la maladie. Concrètement, ces cellules accompagnent, soutiennent et nourrissent les neurones. D’après Gilles Bonveto, directeur recherche et co-auteur de l’étude :

« Une fonction des astrocytes est de capter le glucose et le dégrader en composés assimilables par les neurones. Ces composés sont le lactate, qui apporte de l’énergie, mais aussi la fameuse L-sérine. »

La L-sérine en particulier stimule des récepteurs neuronaux pour activer le processus de mémorisation. Ainsi, les troubles de la mémoire de manière précoce dans la maladie d’Alzheimer pourraient être liés au déficit de production de L-Sérine.

L-Sérine et maladie d’Alzheimer : des tests de mémorisation concluants

Une fois cette nouvelle hypothèse trouvée, de la L-Sérine a directement été injectée dans chaque cerveau d’un premier groupe de rongeurs durant deux mois. Chez un deuxième groupe de souris, l’eau de boisson a été supplémentée en L-Sérine sur la même durée. Résultats : non seulement l’activité cérébrale des cellules de l’hippocampe des souris malades et non malades est au même niveau, mais les dosages de l’acide aminé dans le cerveau se sont également normalisés.

Cette découverte ouvre ainsi de nouvelles perspectives afin de compléter les traitements médicamenteux de la maladie d’Alzheimer, mais également les maladies de Huntington, de Parkinson et celles qui présentent des altérations du métabolisme cérébral. Mais seront-elles fiables ? Pour le savoir, plusieurs essais cliniques devraient être réalisés pour répondre à plusieurs problématiques : les résultats chez l’homme, la quantité d’acide aminé à intégrer, à quel stade de l’évolution de la maladie…

One thought on “L’acide aminé, une piste prometteuse pour atténuer la perte de mémoire en cas d’Alzheimer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.