La médecine traditionnelle chinoise peut-elle prévenir le Covid-19 ?

La médecine traditionnelle chinoise peut-elle prévenir le Covid-19 ?

Depuis décembre 2019, le COVID-19 s’est répandu à Wuhan en Chine et se propage très rapidement dans presque tous les pays du monde actuellement. Face à cette crise sanitaire mondiale, une équipe de chercheurs chinois et britanniques ont étudié le potentiel de la médecine traditionnelle chinoise (MTC).  

La médecine traditionnelle chinoise peut-elle prévenir le Covid-19 ?

Des chercheurs de la London South Bank University (Angleterre), du China Tibetology Research Center, de la Guangzhou Medical University et de la Beijing University of Chinese Medicine, tous de Chine, ont étudié les résultats de 7 études antérieures sur la prévention et le traitement du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et de la grippe A (H1N1).

Leur étude récemment publiée s’est penchée sur les programmes de prévention de la médecine traditionnelle chinoise émis par les autorités sanitaires en Chine depuis l’épidémie de COVID-19. Elle s’est basée sur différents sites web et bases de données jusqu’au 12 février 2020. Les données de recherche comprenaient celles provenant d’essais cliniques, d’études de cohorte ou d’autres études de population utilisant la médecine traditionnelle chinoise pour prévenir les maladies virales respiratoires contagieuses.

Le pouvoir du Qi et des plantes médicinales

La pratique de la médecine traditionnelle chinoise pour prévenir les épidémies de maladies infectieuses remonte à l’ancienne pratique chinoise, citée dans le Huang Di Nei Jing (Classique interne de l’Empereur jaune), le plus ancien ouvrage de médecine chinoise traditionnelle. Selon les chercheurs, il y avait 3 études utilisant la MTC dans la prévention du SRAS et 4 études pour la grippe H1N1.

Aucun des participants qui ont utilisé la MTC n’a contracté le SRAS dans les 3 études, tandis que le taux d’infection par la grippe H1N1 était significativement inférieur à celui du groupe qui n’avait pas utilisé cette pratique.

Dans la lutte et la prévention du COVID-19, 23 provinces chinoises ont émis des programmes de médecine traditionnelle chinoise. Ses principales directives étaient de tonifier le Qi (énergie ou souffle), le fondement de la médecine chinoise, la base de tous les phénomènes de l’univers. En tonifiant le Qi, on se protégeait ainsi des agents pathogènes externes, dispersait le vent et déchargeait la chaleur.

Parallèlement, des plantes médicinales étaient utilisées, les plus fréquentes étaient le Radix astragali (Huangqi), le Radix glycyrrhizae (Gancao), le Radix saposhnikoviae (Fangfeng), le Rhizoma Atractylodis Macrocephalae (Baizhu), le Lonicerae Japonicae Flos (Jinyinhua) et le Fructus forsythia (Lianq).

Sur la base des données historiques et des preuves humaines de la prévention du SRAS et de la grippe H1N1, la médecine chinoise à base de plantes pourrait ainsi être une approche alternative pour prévenir le COVID-19 dans la population à haut risque selon ces chercheurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.