Le Liban devient le premier pays arabe à légaliser la culture du cannabis médical

Le Liban devient le premier pays arabe à légaliser la culture du cannabis médical

Le cannabis est cultivé illégalement depuis longtemps dans la plaine de la Bekaa, une vallée située dans la partie orientale du Liban. Mais récemment, le gouvernement libanais a décidé de légaliser la culture du cannabis à des fins médicales et industrielles.

Bien que la culture du cannabis fût auparavant illégale, il est cultivé ouvertement depuis longtemps dans la vallée de la Bekaa. Selon les Nations Unies, le Liban est le troisième fournisseur mondial de résine de cannabis, ou haschisch, après le Maroc et l’Afghanistan.

Une nouvelle loi, adoptée mardi 21 avril 2020, réglementera la culture déjà existante, toute la production et l’utilisation à des fins non médicales restant illégales. La législation vise à mettre en place une industrie qui pourrait générer des produits allant du textile aux produits pharmaceutiques, et même des articles tels que l’huile de cannabidiol (CBD).

Alors que le Hezbollah, le groupe paramilitaire et politique chiite soutenu par l’Iran qui contrôle des étendues de la vallée de la Bekaa, s’est opposé à la législation, le Parlement a affirmé qu’il était uniquement motivé par des motifs économiques.

« Nous avons des réserves morales et sociales, mais aujourd’hui, il est nécessaire d’aider l’économie par tous les moyens », a déclaré Alain Aoun, un haut responsable du Mouvement patriotique libre fondé par le président Michel Aoun.

La société de conseil aurait estimé que l’industrie pourrait générer jusqu’à 1 milliard de dollars par an pour faire face à une crise financière importante, accentuée par la pandémie de Covid-19 et les mesures draconiennes de confinement. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.