Et si l’Ayurveda pouvait vraiment prévenir et traiter le COVID-19 ?

Et si l’Ayurveda pouvait vraiment prévenir et traiter le COVID-19 ?

Face à l’ampleur que prend la pandémie du Covid-19, de plus en plus de recherches prouvant l’utilité potentielle de produits traditionnels, de la médecine naturelle, sont publiées pour éradiquer ou soulager et prévenir les différents symptômes de la maladie. Parmi elles, il y a l’Ayurveda

Yoga : 2,6 millions de Français sont séduits

La pandémie du COVID-19 est unique et sans précédent à plusieurs égards et a remis en question les systèmes de santé. À l’heure actuelle, la dynamique mondiale est inchangée et une deuxième vague est prévue…

La médecine conventionnelle est utilisée pour lutter contre cette menace, en particulier au stade des soins intensifs. Pourtant, le potentiel thérapeutique de la médecine traditionnelle et complémentaire telle que l’Ayurveda et le Yoga est une piste intéressante en guise de mesures préventives et thérapeutiques efficaces.

D’ailleurs, des experts en médecine traditionnelle indienne décrivent dans une étude comment l’Ayurveda et le yoga peuvent aider à renforcer notre immunité. Publiée dans le Journal of Alternative and Complementary Medicine, elle propose également des moyens efficaces, accessibles et abordables pour éviter le COVID-19.  

L’approche de l’Ayurveda sur le Covid-19

Actuellement, la recherche et les stratégies thérapeutiques face au COVID-19 se concentrent sur des agents pour attaquer le virus ou l’immuniser contre lui. Cela laisse de côté la considération de l’hôte, pourtant l’un des facteurs les plus importants de la dynamique de la maladie.

L’Ayurveda accorde justement une attention particulière à l’hôte et recommande des mesures pour un mode de vie sain plutôt que la simple prescription de médicaments. La Charaka Samhita, un des textes fondateurs de l’Ayurveda, décrit la gestion des épidémies et définit l’immunité comme la capacité à prévenir les maladies et à arrêter son développement pour maintenir l’homéostasie, ou la capacité d’un système à maintenir l’équilibre de son milieu intérieur.

Le concept de renforcement de l’esprit et du corps pour faire face à divers facteurs de stress, y compris l’infection, est une pierre angulaire de la pratique de l’Ayurveda. L’approche holistique de l’Ayurveda vers la promotion de la santé comprend des interventions personnalisées basées sur l’hôte et les facteurs environnementaux.

Les interventions comprennent des procédures de soin thérapeutique (connues sous le nom de Panchakarma) et certains immunomodulateurs (connus sous le nom de Rasayana). Des interventions visant à renforcer le système immunitaire ont été préconisées pour gérer les maladies respiratoires.

Le choix d’agents thérapeutiques et de pratiques ayurvédiques spécifiques est basé sur certaines caractéristiques génétiques individuelles connues sous le nom de types Dosha Prakriti (Vata, Pitta et Kapha). Selon les chercheurs, plusieurs mesures générales peuvent être utiles pour réduire le risque d’infection par le SRAS-COV-2 et compléter la prise en charge thérapeutique.

La prophylaxie ayurvédique locale

D’après l’étude, les yeux, le nez et la bouche sont les principaux portails d’entrée des gouttelettes transportant le SRAS-COV-2. Avant l’attaque finale dans les poumons, le virus accède à la région de la gorge et y reste pendant quelques heures. 

Les classiques de l’Ayurveda mentionnent plusieurs mesures susceptibles de cibler ces portails d’entrée.  Cela peut aider à améliorer la réponse innée des membranes muqueuses et ainsi inhiber la transmission du virus dans les poumons. 

Il s’agit de :

  • La consommation d’eau chaude, d’aliments chauds, de décoction à base de plantes ;
  • Le gargarisme ;
  • L’inhalation de vapeur et les applications locales, particulièrement utiles pour soulager les symptômes dans les cas bénins.

L’eau médicamentée

Boire de l’eau chaude ou tiède est un remède maison populaire pour de nombreux maux. L’Ayurveda préconise également cela comme une mesure pour améliorer la digestion de l’Ama, un produit pro-inflammatoire des troubles métaboliques altérés. 

Plusieurs épices couramment utilisées en cuisine sont ajoutées à l’eau bouillante et consommées comme médicament tout au long de la journée. Ces épices comprennent :

  • Le gingembre sec ;
  • La réglisse ;
  • Les racines de vétiver ;
  • Les graines de coriandre et de fenouil :
  • Des écorces de cannelle et de catechu (ou cachou).

Le gargarisme

Des liquides chauds et des huiles sont utilisés comme gargarisme pour nettoyer soigneusement la bouche et la gorge et avoir un effet systémique.

Les huiles ou décoctions huileuses nettoient également la cavité buccale, le pharynx et la zone amygdalienne. Elles sont susceptibles d’enrober la muqueuse sous forme de biofilm et d’induire des avantages immunomodulateurs, antioxydants et antimicrobiens supplémentaires.

Dans la médecine ayurvédique, plusieurs plantes médicinales sont bien connues pour préparer des solutions pour gargarisme :

  • Le curcuma ;
  • La réglisse ;
  • Le margousier (ou neem) et le catechu (ou cachou) ;
  • Le sel.

L’huile nasale

L’Ayurveda recommande l’application d’huiles médicamenteuses à base d’huile de beurre  et d’huiles végétales telles que le sésame ou la noix de coco dans les narines. Cela peut protéger les voies respiratoires de l’entrée d’agents pathogènes. 

Semblable aux gargarismes, l’application d’huile nasale forme un biofilm et sert de barrière à l’entrée des particules virales. Des chercheurs de la médecine traditionnelle chinoise ont d’ailleurs déjà proposé dans une étude récente l’utilisation d’une huile nasale pour prévenir l’infection par le SRAS-COV-2.

L’inhalation de vapeur

L’inhalation de vapeur avec des huiles aromatiques telles que le menthol procure un soulagement clinique satisfaisant de la congestion nasale et du mal de gorge, de la bronchoconstriction (ou la contraction des bronches), des maux de tête et de la sinusite. 

Son rôle dans l’amélioration du conditionnement nasal, l’amélioration de la vitesse du mucus nasal et la réduction de la congestion et de l’inflammation a été rapporté dans plusieurs études cliniques comme celle publiée par The American Journal of Rhinology.

La prophylaxie ayurvédique systémique

Les chercheurs se sont également penchés sur le rôle de la prophylaxie systémique, et donc non pharmacologique, de l’Ayurveda qui se concentre sur la santé globale. Elle comprend des facteurs tels que l’alimentation, le sommeil, la relaxation mentale, les styles de vie et le yoga pour stimuler l’immunité.

Le régime quotidien recommandé par une étude publiée dans le Journal of Ayurveda and Integrative Medicine, par exemple, comprend des soupes chaudes fraîches de légumes (radis, feuilles de fenugrec) et de légumineuses (lentilles, haricots verts, pois chiches). Elles sont assaisonnées d’épices comme le gingembre, l’ail, les graines de cumin et de moutarde noire entière.

La Rasayana pour stimuler l’immunité

Rasayana, une spécialité de l’Ayurveda, traite des mesures de rajeunissement. Cette thérapie comprend un mode de vie, un régime alimentaire et des médicaments qui ont des propriétés pour améliorer la croissance, retarder le vieillissement, induire la régénération des tissus et stimuler l’immunité. 

En raison de ses effets sur l’amélioration de l’immunité, le traitement peut avoir un intérêt direct pour la prophylaxie et la gestion de l’infection par le SRAS-COV-2. Les plantes ayurvédiques utilisées dans la thérapie Rasayana, telles que l’Ashwagandha, se sont révélées efficaces dans l’immunomodulation et la restauration de l’hémostase, c’est-à-dire la manière dont le corps arrête de saigner d’une blessure ou d’une coupure.

Selon les chercheurs, les effets cliniques de l’Ashwagandha contenant une formulation ayurvédique sont équivalents à l’HCQ, un médicament indiqué en rhumatologie.

Le yoga pour la santé mentale

On sait que de mauvaises conditions de santé mentale, y compris le stress et la dépression, augmentent le risque d’infections respiratoires aiguës. Le nombre croissant de cas de COVID-19 et de décès augmenterait d’ailleurs avec le stress et l’anxiété. D’un autre côté, la solitude et les sentiments dépressifs sont probablement dus au confinement et mesures de distanciation sociale.

La prise en compte de l’esprit est une autre particularité de l’Ayurveda et du Yoga. Plusieurs mesures pour la santé mentale sont intéressantes, comme le pranayama, connu pour améliorer la fonction pulmonaire. Il y a également la méditation qui, pour sa part, réduit les marqueurs de l’inflammation et influence les marqueurs de la réponse immunitaire spécifique du virus.

Le yoga, y compris la méditation, pourrait donc être une pratique simple, à pratiquer chez soi, et utile pour la prévention et la gestion post-récupération du COVID-19.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.