25% moins de risque de diabète de type 2 grâce aux fruits, légumes et céréales

25% moins de risque de diabète de type 2 grâce aux fruits, légumes et céréales

Une consommation plus élevée de fruits, de légumes et d’aliments à grains entiers est associée à un risque plus faible de développer un diabète de type 2, selon deux études publiées en juillet 2020 par  le British Medical Journal (BMJ).

Selon une nouvelle étude publiée en juillet 2020 dans BMJ, une consommation plus élevée de grains entiers comme la farine d’avoine ou le pain brun pourrait réduire le risque de développer un diabète de type II de 29%.

En autre publiée dans la même revue a également révélé que l’ajout d’environ un tiers d’une tasse de fruits ou de légumes dans notre alimentation quotidienne pourrait le réduire de 25%.

Le diabète en quelques chiffres

 Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le diabète était la septième cause de décès en 2016. Il s’agit également d’une «cause majeure de cécité, d’insuffisance rénale, de crise cardiaque, d’accident vasculaire cérébral et d’amputation des membres inférieurs».

La Fédération internationale du diabète ajoute qu’en 2019, quelque 463 millions d’adultes âgés de 20 à 79 ans vivaient avec cette maladie et devraient atteindre 700 millions d’ici 2045.

En plus de s’appuyer sur ces chiffres clés, les deux études se basent sur des données croissantes de plusieurs recherches. Celles-ci montrent qu’une alimentation plus saine composée de grains entiers, de fruits et de légumes peut avoir un impact significatif sur le risque de développer la maladie. Et cela n’est encore que meilleur avec une activité physique régulière, l’arrêt du tabac et un maintien d’un poids santé.

Consommez des grains entiers sauf…

Dans la première étude, des chercheurs américains ont examiné les associations entre l’apport alimentaire total et individuel de grains entiers et le diabète de type 2. Leurs résultats sont basés sur 158 259 femmes et 36 525 hommes qui étaient exempts de diabète, de maladie cardiaque et de cancer. Ils participaient à l’étude sur la santé des infirmières et à l’étude de suivi des professionnels de la santé.

Les aliments et ingrédients considérés comme des grains entiers étaient :

  • La farine de blé entier et de blé entier ;
  • L’avoine entière et la farine d’avoine entière ;
  • La semoule de maïs entier et la farine de maïs entier ;
  • La farine de seigle entier et de seigle entier ;
  • L’orge entière ;
  • Le boulgour ;
  • Le sarrasin ;
  • Le riz brun et la farine de riz brun ;
  • Le pop-corn ;
  • L’amarante ;
  • Le psyllium.

En tenant compte des facteurs de risque de diabète liés au mode de vie et à l’alimentation, les participants qui consommaient plus de grains entiers avaient un taux de diabète de type 2 de -29%.

Pour les aliments individuels à grains entiers, les chercheurs ont constaté que la consommation d’une ou plusieurs portions par jour de céréales froides ou de pain noir durant le petit-déjeuner était associée à un risque plus faible de diabète de type 2 (respectivement de 19% et 21%).

Pour les autres grains entiers individuels avec des niveaux d’apport moyen inférieurs, la consommation de deux portions ou plus par semaine par rapport à moins d’une portion par mois était associée à un risque de :

  • 21% de moins pour le gruau d’avoine ;
  • 15% de moins pour le son ajouté ;
  • 12 % de moins pour le riz brun et le germe de blé.

Ces réductions du risque semblaient plafonner à environ :

  • deux portions par jour pour les grains entiers ;
  • une demi-portion par jour pour les céréales froides à grains entiers et le pain noir durant le petit-déjeuner.

Un grain, cependant, a eu un effet négatif : le pop-corn. L’étude a révélé une augmentation du taux de diabète de type 2 lorsque l’on mange une ou plusieurs portions de maïs soufflé par jour. L’effet ne s’est produit que lorsque l’on consomme une portion complète d’une tasse au moins.

Alors que le maïs soufflé, en tant que grain entier, contient des quantités relativement élevées de fibres, les chercheurs ont souligné que les Américains mangent souvent leur maïs soufflé avec beaucoup de sel et de beurre, et parfois du sucre ou du fromage, ce qui peut diminuer ses propriétés saines. De plus, la plupart d’entre eux achètent plutôt des versions «ultra-transformées» qui sont cuites au micro-ondes ou prêtes à consommer.

Regard objectif sur les fruits et légumes

Dans une autre étude, un groupe de chercheurs européens a utilisé, non pas de questionnaires, mais un score composite de biomarqueurs sanguins de vitamine C et de caroténoïdes (les pigments richement colorés de jaune, rouge et vert sur les fruits et légumes) pour mesurer la quantité de fruits et légumes consommés.

L’étude a comparé 9754 adultes atteints de diabète de type 2 nouvellement apparu par rapport à un groupe de 13662  adultes non diabétiques. Tous participaient à l’étude InterAct d’European Prospective Investigation in Cancer and Nutrition (EPIC) qui s’est déroulée dans huit pays européens.

Elle a révélé que le risque de développer un diabète de type 2 était 25% de moins pour chaque 66 grammes supplémentaire de fruits et légumes consommés par jour.

De plus, comparé aux personnes qui avaient le score de biomarqueur composite le plus bas, le risque chez les personnes dont le score de biomarqueur se situait dans les 20% supérieurs de la population était de moins 50%.

En définitive…

Les deux équipes de chercheurs affirment que leurs résultats soutiennent davantage les recommandations actuelles visant à augmenter la consommation de fruits, de légumes et de céréales complètes dans le cadre d’une alimentation saine pour prévenir le diabète de type 2.

Selon eux :

« L’implication de santé publique de cette observation est que la consommation d’une quantité même modérément accrue de fruits et légumes parmi les populations qui consomment généralement de faibles niveaux pourrait aider à prévenir le diabète de type 2 ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.