Une étude prouve l’efficacité du régime cétogène contre l’asthme

Une étude prouve l’efficacité du régime cétogène contre l’asthme

Un régime alimentaire peut-il aider à traiter certains cas d’asthme ? Une nouvelle étude de l’Université de Bonn publiée dans la revue « Immunity » pointe vers cette conclusion. Selon l’étude, les souris qui ont suivi un régime dit « cétogène » ont montré une réduction considérable de l’inflammation de leurs voies respiratoires. 

Que se passe-t-il en cas d’asthme ?

Très sensibles, les patients asthmatiques réagissent rapidement à certains allergènes, même à de faibles concentrations, provoquant ainsi une inflammation sévère des bronches. Cela s’accompagne également d’une production accrue de mucus, ce qui rend la respiration encore plus difficile. 

Les cellules du système immunitaire inné appelées cellules lymphoïdes innées (ILC) jouent ici un rôle central. Elles remplissent une fonction protectrice importante dans les poumons en régénérant les muqueuses endommagées. À cet effet, ils produisent des messages inflammatoires du groupe des cytokines, un ensemble de substances servant de messagers entre les cellules de notre organisme, qui stimulent la division des cellules muqueuses et favorisent la production de mucus.

Ce mécanisme est normalement très utile : il permet au corps de réparer rapidement les dommages causés par des agents pathogènes ou des substances nocives. Le mucus transporte alors les agents pathogènes hors des bronches et protège les voies respiratoires contre la réinfection. 

Selon le Dr Christoph Wilhelm membre du Cluster of Excellence ImmunoSensation de l’Université de Bonn, la réaction inflammatoire est beaucoup plus forte et plus longue que la normale chez les patients asthmatiques. Les conséquences sont importantes, avec des difficultés respiratoires extrêmes qui peuvent même mettre la vie en danger.

La Reproduction rapide des ILC : une piste sérieuse

Les ILC se multiplient rapidement au cours de ce processus et produisent de grandes quantités de cytokines pro-inflammatoires. Les scientifiques espèrent que si leur division pouvait être ralentie, il pourrait être possible de maîtriser la réaction excessive. 

Les résultats publiés par l’étude de l’Université de Bonn pointent exactement dans cette direction. Selon le Dr Fotios Karagiannis, un des chercheurs :

Nous avons étudié quels processus métaboliques sont actifs dans les ILC lorsqu’ils passent en mode de reproduction. Ensuite, nous avons essayé de bloquer ces voies métaboliques et de réduire ainsi la vitesse à laquelle les cellules se divisent.

Certaines voies métaboliques étaient significativement plus actives dans la division des ILC. Ils veillent principalement à ce que les cellules soient alimentées en énergie, avec les éléments de base dont elles ont besoin pour se reproduire. Ces derniers comprennent, par exemple, les acides gras nécessaires à la fabrication de la membrane cellulaire. Cela forme une peau fine avec laquelle les cellules se séparent de leur environnement. 

Les ILC activés absorbent donc les acides gras de leur environnement et les stockent à l’intérieur sous forme de petites gouttelettes pendant une courte période, avant de les utiliser pour l’énergie ou la construction de membranes, explique Karagiannis.

Le régime cétogène contre l’asthme

Mais que se passe-t-il si les cellules sont obligées d’utiliser ces acides gras ailleurs? Pour répondre à cette question, les chercheurs ont soumis des souris asthmatiques à un régime contenant principalement des graisses, mais pratiquement pas de glucides ou de protéines. 

Avec ce régime, également connu sous le nom de « régime cétogène », le métabolisme cellulaire change : les cellules obtiennent désormais l’énergie dont elles ont besoin en brûlant les graisses. Cependant, cela signifie qu’ils manquent d’acides gras, dont ils ont besoin pour la formation de nouvelles membranes lors de la division cellulaire.

En conséquence, l’activité de division des ILC chez les rongeurs nourris avec un régime spécial a diminué de façon spectaculaire. Le professeur Wilhelm indique :

Normalement, le contact avec des allergènes multiplie par quatre le nombre d’ILC dans les bronches. Chez nos animaux de laboratoire, cependant, il est resté presque inchangé. La production de mucus et les autres symptômes d’asthme ont diminué en conséquence.

Cela n’est pas seulement dû au passage aux graisses comme source d’énergie alternative et à la pénurie d’acides gras qui en résulte. La carence en glucose contribue vraisemblablement aussi directement à la réduction de l’activité des ILC. Le professeur Wilhelm ajoute :

La prévalence de l’asthme a considérablement augmenté au cours des dernières décennies. Peut-être que cela est également lié à un régime alimentaire riche en sucre et en graisses de plus en plus courant.

Le régime cétogène en pratique

Concrètement, le régime cétogène consiste à réduire de manière importante l’apport en glucide pour privilégier un apport massif en lipides et limiter la consommation de protéines

  • Lipides : 70 à 90 % de l’apport énergétique total ;
  • Glucides : pas plus de 50 grammes par jour pour un adulte ;
  • Protéines : 15-20% des apports

Cela est donc à l’opposé de ce que recommande l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) pour une alimentation «normale » avec :

  • Protéines : 10 à 20 % de l’énergie ;
  • Lipides : 35-35% ;
  • Glucides : 40-55%.

Néanmoins, ce régime est recommandé dans le cadre de nombreuses pathologies, non seulement l’asthme (prouvée par les chercheurs de l’Université de Bonn), mais aussi la maladie d’Alzheimer, certains cancers, le diabète ou encore l’épilepsie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.