Un puissant antibiotique à base d’ail découvert dans une recette… du Moyen Âge !

Un puissant antibiotique à base d’ail découvert dans une recette… du Moyen Âge !

Une étude anglaise a confirmé  l’effet antibiotique redoutable du mélange de l’ail, de l’oignon et du vin provenant d’une recette tirée d’un vieux grimoire ancien. Et ce n’est d’ailleurs pas la première fois que la médecine traditionnelle est une véritable source d’inspiration de la médecine conventionnelle…

ail

Les bienfaits extraordinaires de l’ail

L’ail renferme plusieurs composés essentiels à notre organisme, dont du magnésium, de l’iode, du calcium, du phosphore, du chlore ou encore du zinc. La quantité importante de sels minéraux et de vitamines qu’il renferme lui vaut également le titre de « super-aliment », permettant de soigner plusieurs maladies ou blessures. L’ail est d’ailleurs l’aliment par excellence pour combattre les virus et bactéries du fait de ses propriétés antivirales et antibactériennes.

Une gousse d’ail renferme les besoins essentiels de notre alimentation avec 4,5g de calories, 1g de glucides et 0,2g de protéines. En termes de valeur quotidienne recommandée ou VQ, elle apporte :

  • 2% de manganèse ;
  • 2% de vitamine B6 ;
  • 1% de vitamine C ;
  • 1% de sélénium ;
  • 0,06g de fibres.

Ce mélange extraordinaire renforce la fonction immunitaire et peut combattre une armée de maladies infectieuses et inflammatoires.

Des trésors insoupçonnés sur l’ail découvert dans un grimoire

Mais l’ail n’a pas fini de nous surprendre, et ce, depuis plusieurs siècles déjà… Des chercheurs de la School of Life Sciences de l’université de Warwick ont  en effet démontré dans une étude publiée en juillet 2020, sur la base d’un grimoire datant du début de l’époque médiévale, que le cocktail ail, acides biliaires de bovin, oignons et vin est une véritable « bombe » pour exterminer les infections bactériennes résistantes.

Le « Leechbook de Bald », un livre datant de la fin du IXe ou Xe siècle, précieusement gardé à la British Library de Londres, est l’un des plus vieux manuscrits médicaux célèbres. Il contient d’innombrables formules pour réaliser des pommades et des décoctions.

On y trouve par exemple réaliser quelques recettes pour réaliser un aphrodisiaque naturel, composé de thé des bois et de lait ou encore pour lutter contre les engelures avec une recette à base de fenouil, d’œuf et de vin.

L’ail lutte contre les bactéries résistantes aux antibiotiques classiques

La scientifique Freya Harrison, l’un des auteurs de l’étude, s’était déjà penchée sur le sujet en 2015. Elle s’était intéressée au « collyre de Bald », un remède composé essentiellement d’oignons, qui agit efficacement contre le staphylocoque doré.

Dans sa nouvelle étude publiée en juillet 2020, la chercheuse et ses collaborateurs ont fait de nouveaux travaux d’expérimentation en recréant la mixture initiale. Ils ont mélangé de l’ail, du vin blanc britannique, des oignons provenant des supermarchés habituels et des acides biliaires d’une vache.

Verdict : le remède recréé éradique efficacement les biofilms, matrices protectrices rendant les bactéries résistantes aux antibiotiques.  

Quel est le secret de l’efficacité de la recette à base d’ail ?

Chaque ingrédient de la recette découverte par Freya Harrison et son équipe a la capacité d’inhiber le développement des bactéries ou de les détruire complètement grâce aux composés qu’il possède. L’allicine, substance sulfurée contenue dans l’ail et l’oignon, aide en effet les plantes à lutter contre les prédateurs et les insectes. Mais l’efficacité du remède résulte surtout du mélange ail, oignon, vin et acides biliaires de bovin.

Freya Harrison explique que 

Les médicaments conventionnels reposent souvent sur un seul principe actif. Les remèdes traditionnels, eux, font souvent appel à des mélanges de plantes ou d’autres substances naturelles. La synergie résulte probablement des molécules qui optimisent l’activité mutuelle des différents composés, ou alors des différents mécanismes d’action de chacun des ingrédients.

Pour elle, les différents flavonoïdes présents dans une plante, un fruit ou un légume sont l’un des composants qui agissent efficacement sur une maladie. C’est le cas par exemple des flavonoïdes présents dans les oranges amères à partir desquelles on fabrique le Citrox®, un bain de bouche, par exemple. 

Pourtant, selon elle :

En purifiant les composés individuels pour obtenir des traitements facilement quantifiables et caractérisés, nous perdons peut-être des interactions vitales de produits naturels dans le mélange d’origine qui empêche les effets secondaires ou la toxicité.

L’ail, également efficace contre les infections virales

Dans ce même registre, une étude contrôlée publiée dans Clinical Nutrition a fait appel à 120 personnes, réparties en deux groupes. Le premier, composé de la moitié des participants, a bénéficié d’une supplémentation en ail en poudre tandis que le second groupe a reçu un placebo. Les experts ont pu démontrer que certains lymphocytes s’activent significativement après un apport supplémentaire et quotidien de 2,56 g d’ail chez les individus au bout de 45 jours d’expérimentation.

Puis, au bout de 90 jours d’apport supplémentaire, les deux groupes ont été contaminés par des virus de l’hiver. Néanmoins, la différence est que les symptômes diminuent de 21% chez le groupe de « traitement » en comparaison au groupe  « placebo ». L’apport en ail agit ainsi indiscutablement sur le bien-être  et l’aptitude à travailler sur plus de 50%. Pour booster le système immunitaire en période hivernale, la supplémentation en ail est donc excellente tout simplement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.