Médecine chinoise : une nouvelle formule à base de plantes médicinales contre la maladie d’Alzheimer

Médecine chinoise : une nouvelle formule à base de plantes médicinales contre la maladie d’Alzheimer

Des chercheurs de l’École de médecine chinoise de l’Université baptiste de Hong Kong (HKBU) ont développé une formule à base de plantes médicinales chinoises appelée «NeuroDefend». Serait-ce un nouvel espoir dans la lutte contre la maladie d’Alzheimer ?

L’acide aminé, une piste prometteuse pour atténuer la perte de mémoire en cas d’Alzheimer ?

Peut-être bien que oui, car elle offre un nouveau traitement potentiel pour la maladie d’Alzheimer. Les résultats des expériences sur des modèles de souris ont montré que la formule réduit les niveaux de protéine amyloïde-bêta (Aβ) et de protéine tau hyperphosphorylée insoluble, qui sont les principales caractéristiques de la maladie d’Alzheimer, dans le cerveau des souris. Il améliore également la fonction cognitive et la mémoire chez ces rongeurs.

Une formule prometteuse à base de plantes médicinales chinoises

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative chronique courante qui affecte les personnes âgées dans le monde entier. Elle constitue 60 à 70% des cas de démence dans le monde et est caractérisée par :

  • La perte de neurones cholinergiques qui joue pourtant un rôle important à la fois dans le système nerveux central (apprentissage, mémoire) que dans le système nerveux périphérique (fonctions végétatives, activité musculaire) ;
  • Les enchevêtrements neurofibrillaires associés à tau (ou dégénérescences neurofibrillaires provoquées par l’accumulation de la protéine tau à l’intérieur du neurone) et l’accumulation anormale de protéine β-peptide amyloïde (Aβ) qui génèrent des plaques séniles dérivées de la protéine amyloïde.

Jusqu’à aujourd’hui, il est encore difficile de savoir si la guérison est possible et les traitements actuellement disponibles soulagent uniquement les symptômes de la maladie de manière modérée. Des thérapies et/ou des médicaments efficaces et sûrs sont donc nécessaires.

Justement, des chercheurs dirigés par le professeur Li Min, professeur de la Division de l’enseignement et de la recherche et doyen associé de l’École de médecine chinoise de HKBU, ont découvert une nouvelle formule de médecine chinoise qui pourrait considérablement réduire les niveaux de protéine β-peptide amyloïde (Aβ) dans les modèles murins.

Il s’agit du Huang-Lian-Jie-Du-Tang (HLJDT), une formule à base de plantes issues de la phytothérapie chinoise. Elle est composée de plusieurs plantes médicinales notamment utilisées pour traiter un accident vasculaire cérébral ischémique :

Les chercheurs ont également découvert que le Yan Hu Suo (Rhizoma Corydalis) dans le Yuan-Hu Zhi Tong (YZT), une formule chinoise à base de plantes médicinales utilisées pour traiter la douleur et la névralgie du fait de ses nombreuses propriétés (anxiolytiques, antinociceptifs, spasmolytiques, anti-inflammatoires et vasorelaxants), peut réguler l’agrégation des protéines tau. 

Ils ont donc combiné le HLJDT modifié (HLJDT sans Huang Qin) et le Yan Hu Suo avec deux autres médicaments à base de plantes, à savoir le Dan Shen (sauge chinoise) et le Gou Teng (Uncaria rhyncophylla), pour optimiser cette nouvelle formule de traitement de la maladie d’Alzheimer.

Facilitée par l’analyse des données et des techniques de modélisation, l’équipe de recherche a combiné les six médicaments à base de plantes médicinales chinoises dans différents ratios pour former 24 formules différentes. 

Résultat : trois d’entre eux se sont révélés efficaces dans le traitement de la maladie d’Alzheimer dans un modèle de maladie cellulaire. Après avoir mené des expériences sur la perméabilité cérébrale et la toxicité, la formule la plus prometteuse a été nommée « NeuroDefend ».  

Les niveaux d’Aβ et l’agrégation des protéines tau sont réduits

Selon le professeur Li Min, doyen associé de l’École de médecine chinoise de HKBU :

La médecine traditionnelle chinoise adopte une large approche pharmacologique pour traiter les maladies neurodégénératives en déployant une combinaison de plantes médicinales avec différents effets de traitement. La sélection des six ingrédients à base de plantes et leurs ratios dans NeuroDefend est basée sur les recherches menées par notre équipe au fil des ans. NeuroDefend contribuera au développement d’une nouvelle médecine traditionnelle chinoise efficace pour le traitement de la maladie d’Alzheimer chez l’homme.

Dans les expériences précliniques sur des modèles de souris :

  • 40 groupes de souris ont été placés dans un groupe témoin ;
  • 50 souris ont été regroupées dans un groupe de traitement. Elles ont reçu par voie orale des doses quotidiennes faibles, moyennes et élevées de la nouvelle formule pendant 3 ou 8 mois ;

Résultats : les taux d’Aβ et l’agrégation anormale des protéines tau dans le groupe de traitement étaient tous deux significativement réduits de 30 à 40%. La dose la plus élevée s’est avérée plus efficace pour réduire les taux d’Aβ et l’agrégation anormale des protéines tau.

Une meilleure mémoire et capacité d’apprentissage  

Pour évaluer l’efficacité de NeuroDefend dans l’amélioration des comportements cognitifs et des déficits de mémoire, une expérience de labyrinthe d’eau a été menée. Les souris ont été entraînées à nager jusqu’à une plateforme et à se souvenir de sa position dans une piscine d’eau. Une fois la plateforme retirée, les chercheurs ont observé si les souris étaient capables de se rappeler et de s’approcher de la position d’origine de la plateforme.

Par rapport au groupe témoin, les souris traitées avec le NeuroDefend sont restées 18 à 25 secondes de plus pour sonder la position d’origine de la plateforme. Cela a montré l’efficacité de la formule pour améliorer la mémoire et la capacité d’apprentissage des souris atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Dans une autre expérience, les souris ont été exposées à une tonalité audio suivie d’un choc électrique de 2 secondes à leurs pieds depuis le sol de la pièce. Lorsqu’elles ont été remises dans la pièce le lendemain sans aucun choc électrique, les souris ont arrêté leurs mouvements corporels en raison de la peur d’un choc électrique. 

La durée de cet arrêt chez les souris traitées avec le NeuroDefend était de 70 à 80 secondes plus longue que celle du groupe témoin. Les souris traitées avec la nouvelle formule à base de plantes médicinales chinoises se souvenaient du choc, reflétant son efficacité pour améliorer leurs déficits de mémoire. Pour protéger les droits des chercheurs, un brevet a été déposé aux États-Unis et en Chine continentale. 

Sources : Journal of Food and Drug Analysis, Hong Kong Baptist University (HKBU)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.